Ecoutez Radio Sputnik
    Tempête de printemps en Estonie comme la démonstration de la puissance militaire de l’Otan. Expert militaire
    © Photo: REUTERS/Kacper Pempel

    "Tempête de printemps" en Estonie comme la démonstration de la puissance militaire de l’Otan. Expert militaire

    Actualités
    URL courte
    0 14 0 0

    Sur fond de tensions liées à la crise ukrainienne, 150 soldats de la 173e brigade aéroportée de l'armée américaine et 90 soldats britanniques du 1er bataillon du régiment du Duc de Lancaster sont arrivés la semaine dernière pour participer à des exercices militaires "Tempête de printemps".

    Ces manœuvres conjointes dureront trois semaines et ont pour but dit officiel «d’évaluer les compétences de bataillons d'infanterie d’intervention rapide avant de les mettre en réserve». Or, l’envergure de ces exercices qui impliquent plus de 6 000 soldats et la présence sur la base aérienne d'Amari du secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, qui leur a donné ainsi sa bénédiction, font de ces manœuvres annuelles un évènement très significatif. Pour en avoir une analyse éclairée, nous avons interviewé René Cagnat, chercheur associé à l’IRIS, spécialiste des questions centrasiatiques. Colonel à la retraite depuis 1999, René Cagnat a une longue carrière militaire derrière lui. Nommé attaché militaire adjoint en URSS de 1970 à 1972, il prend ensuite le commandement d’une compagnie d’infanterie à Berlin jusqu’en 1975. Il intègre, de 1975 à 1985, le SGDN, l’École de guerre, le cabinet du ministre de la Défense, avant d’être nommé attaché militaire en Bulgarie, en Roumanie, en Ouzbékistan et enfin au Kyrgyzstan. René Cagnat a par ailleurs servi de 1993 à 1995 à la Délégation aux affaires stratégiques et a été consul honoraire de France à Bichkek de 2001 à 2002.

    LVDlR. Cette semaine des exercices militaires "Tempête de printemps" avec la participation de soldats français ont commencé. Dans le contexte des tensions en raison des événements en Ukraine, qu’est-ce que cela signifie?

    René Cagnat. Vous assistez à ce qu’on appelle en jargon militaire « de la gesticulation ». Elle est destinée à impressionner l’ennemi et à lui rappeler une présence ’adverse. Il ne faut pas exagérer les choses : le déploiement d’avions, y compris de Rafale français, s’est déjà produit. Maintenant il est très important d’être très modéré tant du côté russe que du côté de l’OTAN. Là où il n’y a plus de modération, c’est malheureusement du côté ukrainien ou la situation devient vraiment inquiétante. J’étais toujours persuadé que Poutine en tant que stratège allait s’assurer la Crimée et puis négocier à propos de l’Ukraine. Il est évident que le comportement des Ukrainiens à l’Est et surtout à Odessa n’entre pas dans ce schéma. Ce qui serait inquiétant ce serait que les Russes soient obligés d’intervenir. Si les Russes sont massacrés en Ukraine par dizaines, par centaines, Poutine ne pourra pas faire autrement que d’intervenir. Et c’est exactement ce que les Américains attendent pour discréditer Poutine, pour discréditer la Russie et avoir des prétextes d’intervenir encore plus fort contre elle. La Russie est actuellement le seul pays au monde qui résiste aux Etats-Unis et, à partir de là, il leur faut abattre la Russie. Et ils vont tout faire pour cela.

    LVDlR. Est-ce que la diplomatie est capable aujourd’hui de stopper les chars et empêcher le pays de sombrer dans la guerre civile ?

    René Cagnat. Pour le moment les chars ne sont pas encore partis. Il y a quelques chars ukrainiens qui s’avancent mais ce qui compte dans cette situation ce sont les chars de la Russie et les chars de l’OTAN. Est-ce que les diplomates peuvent arrêter les chars ukrainiens ? je le crois. Et c’est pour cela que la proposition de nouvelle réunion à Genève peut aboutir à quelque chose. Le problème est que l’Europe n’est pas pour le moment un interlocuteur valable. Le couple franco-allemand le serait beaucoup plus mais ils ont les mains liés par l’Europe.

    LVDlR. Comment estimez-vous l’engagement français dans le dispositif militaire de l’OTAN?

    René Cagnat. A l’instigation de Charles de Gaulle la France avait retiré toutes ses unités, toutes ses représentations dans les organismes intégrés de l’OTAN . Cela a changé avec l’arrivée au pouvoir de Jacques Chirac puis de Sarkozy : la France a réintégré l’OTAN et tous les institutions où la France en tant que membre de l’OTAN doit être représentée. Et son armée est passée sous le contrôle de l’OTAN. C’est bien dommage pour nous et notre statut général, nous sommes dans le sillage de l’OTAN. Mais il est possible que les choses évoluent.

    LVDlR. A l’origine, l’OTAN a été créée comme un organisme militaire pour faire face à la menace soviétique. Mais dès la chute du mur de Berlin, elle a perdu sa raison d’être. Maintenant l’Organisation atlantique apparaît clairement comme un obstacle pour la construction d’une défense européenne autonome, respectueuse des spécificités nationales. En particulier, celles de la France. Et aujourd’hui de plus en plus souvent des voix se font entendre pour supprimer cet obstacle et se débarrasser de l’emprise américaine.

    Lire aussi:

    L'Otan crée un catalogue de «mythes russes»
    Quelle place pour la Russie dans l’élection présidentielle française?
    L’Otan augmente sa présence dans les zones européennes où ils ont promis de ne le faire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik