Ecoutez Radio Sputnik
    Chancelière allemande Angela Merkel

    Merkel promet l'UE à la Serbie et à l'Albanie pour contrer l'influence russe

    © REUTERS/ Antonio Bronic
    Actualités
    URL courte
    354268983

    La chancelière fédérale allemande Angela Merkel est prête à soutenir l’entrée de la Serbie et de l’Albanie au sein de l’UE, car elle redoute l’influence de la Russie sur ces pays, écrit le quotidien économique allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten (DWN).

    Les promesses de l’Union européenne sur l’admission de nouveaux membres seront réalisées, a souligné Mme Merkel lors de sa visite en Albanie et en Serbie cette semaine. Selon elle, l’UE souhaite un développement stable des Balkans. La chancelière a promis aux dirigeants serbe et albanais de promouvoir les négociations d'adhésion de ces pays à l'UE.

    "La déclaration de Mme Merkel contredit son inquiétude, liée à la présence de populations musulmanes dans la région, exprimée lors de ses précédentes visites ", note l’édition.

    DWN explique l'intérêt de l’UE pour la région par son inquiétude concernant la possibilité d'une augmentation de l’influence des pays tels que la Russie, la Turquie et l’Arabie Saoudite, dans les Balkans.

    "L’expérience prouve que la raison géopolitique de l’adhésion de nouveaux membres à l’Union européenne coute cher. L’entrée de la Grèce dans l’Union a été effectuée sous l'insistance des Etats-Unis, avec les conséquences que nous voyons maintenant ", conclut le quotidien.

    Lire aussi:

    Crise grecque: des économistes occidentaux appellent Merkel à la raison
    Spiegel: Tsipras remporte le match contre Merkel
    Grèce: Merkel refuse de négocier avant le référendum

    Lire aussi:

    L’UE est-elle à même d’empêcher l’apparition d’une Grande Albanie?
    Unification Albanie-Kosovo, une menace pour la paix en Europe
    Adhésion à l’UE: «les peuples des Balkans fatigués d’attendre»
    Tags:
    Union européenne (UE), Angela Merkel, Balkans, Albanie, Arabie Saoudite, Turquie, Serbie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik