Actualités
URL courte
Par
480
S'abonner

Les infirmiers sont en colère. Une vingtaine de rassemblements sont prévus à partir de 14 heures en région et à Paris. L'objectif, réclamer la reconnaissance de la profession, qui se sent oubliée du plan santé 2.022. Notre correspondante a suivi les infirmiers en colère à Paris.

Après les gilets jaunes, les blouses blanches. Mardi 20 novembre, il n'y aura pas que les automobilistes qui battront le pavé, les infirmiers aussi. Libéraux ou salariés, les infirmiers, dont 80% sont des infirmières, ont le sentiment «d'une profession laissée pour compte», d'après Daniel Guillerm, vice-président de la Fédération Nationale des Infirmiers (FNI), lors d'un point presse.Au total, seize organisations ont appelé à manifester, dénonçant le «mépris» du gouvernement, accusé d'avoir cédé au «lobby» des médecins. Une vingtaine de rassemblements sont prévus à partir de 14 h en région, notamment devant les préfectures, et à Paris devant le ministère de la Santé. Notre correspondante est allée sur place prendre la température:

Élément déclencheur du mécontentement, la création de 4.000 postes d'assistants médicaux, dont le chef de l'État a précisé qu'ils pourraient «effectuer des actes médicaux simples». Les contours sont encore flous, mais la fonction se situe « à mi-chemin entre l'infirmier et le médecin», d'après le site spécialisé dans la formation et l'orientation des étudiants Studyrama, qui y consacre déjà une page: «seconder les médecins libéraux dans leur activité quotidienne.
L'objectif: alléger leur quotidien et augmenter le nombre de consultations», en priorité dans les déserts médicaux. Mais les infirmiers se demandent pourquoi créer une nouvelle profession, alors qu'ils répondent à ces critères.

Au 1er janvier 2018, la France comptait 226.000 médecins contre 660.000 infirmiers et infirmières. Pourtant, la profession s'estime la «grande oubliée» du plan santé, présenté en septembre par Emmanuel Macron.

L'hôpital va mal et ce n'est pas nouveau. À l'hôpital psychiatrique Philippe Pinel à Amiens, par exemple, une partie du personnel est en grève depuis le 15 juin dernier! Le personnel soignant dénonce une baisse de la qualité des soins due à un manque d'infirmier, de médecin, et un nombre trop important de patients par unité.


 

Lire aussi:

Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Un garde-pêche de 70 ans roué de coups et blessé à l’œil par des jeunes qui fumaient une chicha
Tags:
aide-soignant, urgence, infirmière, infirmier, médecine, hôpital, santé, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook