Ecoutez Radio Sputnik
    Maroc

    Un scandale de pédophilie au Maroc impliquant deux Espagnols éclate

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Afrique
    URL courte
    10419
    S'abonner

    La police marocaine a arrêté un espagnol du nom de Felix Ramos suite à une plainte déposée contre lui par un jeune marocain l’accusant de viol, rapporte le journal EL ESPAÑOL. Le jeune homme a également accusé le chanteur Rafael Ojeda des mêmes faits.

    À la suite d’une plainte pour viol déposée par un marocain de 19 ans auprès du tribunal de deuxième instance de Tanger, au Maroc, Felix Ramos a été arrêté le 18 juin par la police de la ville, relate le quotidien espagnol EL ESPAÑOL. Selon la même source, F.Ramos est soupçonné d’avoir vendu des titres et des distinctions au nom de plusieurs institutions au Maroc et en Espagne.

    Le journal informe que le prévenu a été arrêté pour «maltraitance d’enfants et traite d’êtres humains. Il est soupçonné de viol sur un ou plusieurs mineurs marocains». «Plusieurs personnalités du monde de la culture espagnole seraient impliquées», précise le média.

    Âgé de 14 ans au moment des faits, le jeune homme affirme dans sa déposition qu’il a rencontré Félix Ramos en sa qualité présumée de «propriétaire de la télévision de Marbella». À l’époque, ce dernier lui promet un emploi à la télévision et une maison en Espagne, selon la source.

    Au sujet de sa rencontre avec Ramos, qui l’a invité un an plus tard dans une chambre d’hôtel cinq étoiles à Tanger, la victime déclare que «ce jour-là, il m’a violé; et j’ai tellement souffert que je ne l’oublierai jamais». Les viols se seraient répétés chaque fois que Ramos venait au Maroc, croit savoir le quotidien espagnol.

    Par ailleurs, le jeune homme affirme qu’il a également été violé par le chanteur de flamenco Rafael Ojeda. D’après lui, les faits remontent à 2016. «Il m’a aussi violé. Et il m’a donné 2.000 dirhams (185 euros) après avoir abusé de moi pendant plusieurs jours», explique-t-il, précisant qu’il lui demandait également de lui envoyer des vidéos pornographiques en contrepartie de 60 euros.

    Selon EL ESPAÑOL, un autre mineur a déposé plainte et il est possible que d’autres témoignages suivent.

    Tags:
    action en justice, arrestation, scandale sexuel, pédophilie, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik