Ecoutez Radio Sputnik
    une femme portant le niqab

    Suite au double attentat en Tunisie, le niqab sera interdit dans les institutions publiques

    © AFP 2019 FABRICE COFFRINI
    Afrique
    URL courte
    12412

    En Tunisie, le niqab sera interdit dans les institutions publiques, a annoncé ce vendredi 5 juillet le bureau du Premier ministre. Selon le chef du gouvernement tunisien, cette décision a été prise «pour des raisons de sécurité».

    Le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed a décidé vendredi 5 juillet d'interdire l'accès aux administrations et institutions publiques à toute personne portant un niqab «pour des raisons de sécurité», a indiqué le cabinet du Premier ministre.

    Selon la même source, citée par l’AFP, M.Chahed a signé une circulaire gouvernementale «interdisant l'accès dans les locaux des administrations et les institutions publiques, à toute personne ayant le visage caché. Cette décision a été prise pour des raisons de sécurité».

    Cause de l'interdiction

    La décision d'interdire le port du niqab dans les institutions publiques intervient dans un climat sécuritaire tendu à la suite notamment d'un double attentat suicide perpétré à Tunis. Revendiqué par Daech*, l'attentat a fait deux morts et 7 blessés.

    En février 2014, le ministère de l'Intérieur avait autorisé la police à procéder à un «contrôle renforcé» des personnes portant le niqab, justifiant cette mesure par la lutte contre «le terrorisme». 

    Récentes interdictions de la dissimulation du visage dans les autres pays

    En octobre dernier, c'est le gouvernement algérien qui a interdit strictement le port du niqab dans les administrations publiques.

    Quant aux pays européens, suite à une décision du Sénat néerlandais, prise l'été dernier, porter le voile intégral dans les lieux publics sera interdit aux Pays-Bas à partir du 1er août.

    * Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    terrorisme, sécurité, Youssef Chahed, niqab, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik