Afrique
URL courte
0 210
S'abonner

Au Festival international Jawhara, au Maroc, le chanteur de raï algérien Cheb Bilal est revenu sur la polémique autour des propos qu’il a tenus en 2016 sur la nationalité marocaine. Il a demandé pardon à ses fans, indiquant que ses déclarations avaient été sorties de leur contexte.

Cheb Bilal, star algérienne de la musique raï, s’est excusé auprès de son public marocain pour les mots qu’il a eus auprès de la presse en 2016, jugés «insultants» envers le royaume chérifien. De retour au Maroc après une absence de trois ans, l’artiste a affirmé au Festival international Jawhara, organisé dans les villes d’El Jadida, Azemmour et Bir Jdid, qu’il n’avait jamais eu l’intention de se moquer de la nationalité marocaine.

En 2016, répondant à une question d’un journaliste qui lui demandait s’il n’était pas tenté, comme Cheb Khaled, d’obtenir la nationalité marocaine, Cheb Bilal avait alors répondu de manière ironique que «si la nationalité marocaine veut dire tout avoir gratuitement, comme la villa et la voiture, alors oui».

S’exprimant devant la presse, Cheb Bilal a déclaré que ses propos avaient été sortis de leur contexte par «certaines personnes qui veulent porter atteinte à [sa] réputation au Maroc», ajoutant qu’il se sent «Marocain de cœur» et n’a «pas besoin d’un papier pour l’attester».

Tout en présentant ses excuses à son public marocain, le chanteur a affirmé qu’il se sentait «pareil, au Maroc comme en Algérie».

Depuis 2017, l’artiste a annulé tous ses spectacles prévus au Maroc en raison d’une campagne hostile menée contre lui. Certains Marocains avaient même appelé à le boycotter et à lui interdire l’entrée sur le territoire marocain.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Tags:
excuses, artistes, chanteur, Maroc, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook