Ecoutez Radio Sputnik
    Arrivée du Président camerounais Paul Biya, également président de la Cemac, au sommet extraordinaire de la Cemac à Yaoundé le 22 novembre 2019.

    Vers une monnaie commune de la Cemac: «Le franc CFA a l’avantage de la stabilité»

    © Photo. TOCH / Arrivée du Président camerounais Paul Biya, également président de la Cemac, au sommet extraordinaire de la Cemac à Yaoundé le 22 novembre 2019.
    Afrique
    URL courte
    Par
    6104
    S'abonner

    Sortir ou non du franc CFA? Alors que l’on s’attendait à une position ferme sur la question, les dirigeants de l’Afrique centrale réunis en sommet extraordinaire le 22 novembre à Yaoundé n’ont pas tranché, annonçant «des réflexions». Beaucoup d’observateurs épiloguent encore sur le sort à réserver à ce qu’ils appellent «la monnaie coloniale».

    S'achemine-t-on finalement vers la création d'une monnaie unique à la place du franc CFA dans la Communauté économique et monétaire des États de l'Afrique centrale (Cemac)? Après les pays d’Afrique de l’Ouest, c’est au tour de l’Afrique centrale de s’interroger sur la pertinence du franc CFA, cette devise «héritée de la colonisation» et dont les réserves de change sont déposées en France et convertibles en euros. Très attendue à l’occasion du sommet extraordinaire de la Cemac convoqué le 22 novembre dernier à Yaoundé, la question n’a cessé d’alimenter les débats.

    «Les chefs d’État et de gouvernement ont réaffirmé leur volonté de disposer d’une monnaie commune stable et forte», ont-ils écrit dans le communiqué final.

    Cinq chefs d’État sur les six que compte la Cemac ont pris part au sommet de Yaoundé: le Camerounais Paul Biya, Président en exercice de l’institution sous-régionale, le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra, le Congolais Denis Sassou Nguesso, l’Équatoguinéen Teodoro Obiang Nguema et le Tchadien Idriss Déby Itno. Le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba, était représenté par son Premier ministre.

    Arrivée du Président tchadien Idriss Déby Itno au sommet extraordinaire de la Cemac à Yaoundé
    © Photo. TOCH / Arrivée du Président tchadien Idriss Déby Itno au sommet extraordinaire de la Cemac à Yaoundé
    Arrivée du Président tchadien Idriss Déby Itno au sommet extraordinaire de la Cemac à Yaoundé.

    Ils ont chargé «la commission de la Cemac et la BEAC [Banque des États de l’Afrique centrale, ndlr] de proposer, dans des délais raisonnables, un schéma approprié conduisant à l’évolution de la monnaie commune». Mais le docteur Dieudonné Essomba, expert camerounais des questions économiques et financières, pense qu’il ne faut pas s'attendre à de spectaculaires réformes.

    «Il est difficile pour les pays de la Cemac, sans tissu industriel capable de répondre au mouvement de change, de gérer une monnaie. Pour qu'une devise commune à plusieurs pays fonctionne, il faut impérativement qu'il y ait un mécanisme qui gère les soldes extérieurs, ce qui n’est pas encore le cas ici», explique le spécialiste.

    Un homme brandit une pancarte contre le franc CFA
    © AFP 2019 SEYLLOU Un homme brandit une pancarte contre le franc CFA
    Si le communiqué final du sommet ne précise pas la nature de l’évolution du franc CFA, notamment pour ce qui concerne la coopération monétaire avec la France, les dirigeants de l’Afrique centrale ont «décidé d’engager une réflexion approfondie sur les conditions et le cadre d’une nouvelle coopération». Bien que tout semble encore flou sur les contours de cette réflexion, dans l’opinion, beaucoup s’attendent à une prise de décision concrète quant à la sortie ou non de la zone franc.

    Si, jusqu’ici, certains militent pour un abandon pur et simple de cette monnaie qu’ils pointent du doigt comme faisant partie des freins au développement des pays de la zone, Dieudonné Essomba rame à contre-courant. L’économiste appelle à la prudence dans le processus car «cette devise a une grande qualité qui est la stabilité». Une qualité dont le défaut est l'absence de flexibilité, note-t-il néanmoins.

    «Dans le cadre de la Cemac, si on sort du CFA, chaque pays sera obligé d'avoir sa monnaie propre. Il va falloir une instance pour gérer les soldes intérieurs. Cette devise à l'avantage de la stabilité, c'est la raison pour laquelle les pays comme le Nigeria et le Ghana l'utilisent comme une bonne réserve. Ils hébergent leurs comptes d'épargne en francs CFA et non pas en Naira ou en Cedi», explique l’analyste.
    Le Président congolais Denis Sassou Nguesso au sommet extraordinaire de la Cemac.
    © Photo. TOCH / Le Président congolais Denis Sassou Nguesso au sommet extraordinaire de la Cemac.
    Le Président congolais Denis Sassou Nguesso au sommet extraordinaire de la Cemac.

    Pour ce spécialiste des questions financières, «le seul modèle monétaire approprié aujourd'hui pour les pays de la sous-région, c'est celui du CFA». Ce qui ne l’empêche pas de suggérer des moyens d’accompagnement.

    «Nous pouvons implémenter un système de bons d'achat valable à l'intérieur des pays et pour les biens locaux, c’est ce que j'appelle la monnaie binaire. C'est un processus qui peut nous amener à aller progressivement vers une véritable devise», estime Dieudonné Essomba. 

    Si le spécialiste soutient qu’une sortie brusque du franc CFA pourrait être fatale à des économies encore fragiles, il suggère tout de même de trouver «une monnaie complémentaire au franc CFA» car, reconnaît-il, «le franc CFA ne peut pas développer les pays de la zone».

    La Cemac à l’épreuve des défis

    À côté de la question monétaire, la sous-région fait face à d’énormes défis qui freinent son émergence. Pour y faire face, les chefs d’État ont «décidé de renforcer les concertations et les actions communes face aux nombreux défis sécuritaires liés au terrorisme international» et ont «convenu d’accélérer l’approfondissement de l’intégration, pour développer les échanges commerciaux intracommunautaires et préparer la Cemac à tirer le meilleur profit de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca)».

    Éric Yombi, journaliste spécialiste des relations internationales, auteur de Décrypter la Cemac, pense que les obstacles à déblayer pour y parvenir sont encore nombreux.

    «Cette sous-région concentre plusieurs obstacles qui ne favorisent pas son décollage effectif, notamment la question des égoïsmes nationaux qui y trouve un terreau fertile car il n'existe pas un leader ou alors un double leader communautaire jouant le rôle de locomotive», commente l’analyste au micro de Sputnik.

    Un point de vue que partage Dieudonné Essomba. Pour l’économiste, outre l’héritage colonial laissé par la France et d'autres partenaires extérieurs, «rien de ce qui a été conçu de façon autonome par la Cemac ne marche».

    «Que ce soit la libre circulation des biens, la mise sur pied d'une compagnie aérienne, les passeports communautaires, la Bourse, rien ne fonctionne normalement. Par ailleurs, les chefs d'État de la sous-région aiment leur pouvoir. Ils y sont tellement accrochés qu’ils ne sont pas prêts  à se séparer d'une partie de ce pouvoir au profit de la communauté», constate-t-il.
    Le Président équatoguinéen Teodoro Obiang Nguema au sommet extraordinaire de la Cemac.
    © Photo. TOCH / Le Président équatoguinéen Teodoro Obiang Nguema au sommet extraordinaire de la Cemac.
    Le Président équatoguinéen Teodoro Obiang Nguema au sommet extraordinaire de la Cemac.

    Lors du sommet, les dirigeants de la Cemac ont néanmoins «salué le redressement global de la situation macroéconomique de la zone marqué par le retour à une croissance économique positive» et «renouvelé leur engagement solidaire visant à faire de la Cemac un espace économique émergent». Une conclusion un peu trop élogieuse pour Éric Yombi, qui ne démord pas.

    «Tout compte fait, ce sommet extraordinaire n'a pas préconisé de réformes profondes. Aujourd'hui comme hier, avec ces faibles mutations, la Cemac reste dans l'inertie», conclut-il.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), Franc-CFA
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik