Afrique
URL courte
4511
S'abonner

Le général Évariste Ndayishimiye, candidat du parti au pouvoir, a remporté l'élection présidentielle burundaise, devançant le principal candidat de l'opposition, Agathon Rwasa, selon la Commission électorale nationale indépendante.

Le candidat du parti au pouvoir au Burundi, Évariste Ndayishimiye, 52 ans, a été déclaré vainqueur de la présidentielle du 20 mai, en obtenant 68,72% des voix dès le premier tour, a annoncé lundi 25 mai la Commission électorale nationale indépendante.

​Le général Ndayishimiye devance très largement le principal candidat de l'opposition, Agathon Rwasa, président du Conseil national pour la liberté (CNL), qui réunit 24,19% des voix. Celui-ci avait déjà par avance qualifié ces résultats de «fantaisistes», précise l'agence France-Presse (AFP).

Le taux de participation à la présidentielle, qui se déroulait en même temps que les élections législatives et communales, est de 87,7%. Les élections, maintenues malgré l'épidémie de Covid-19, se sont déroulées dans le calme, mais le CNL dénonce depuis mercredi 20 mai les pressions exercées sur ses assesseurs, selon l'AFP.

M.Ndayishimiye succède au Président Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, qui a décidé de ne pas se représenter pour un quatrième mandat.

Le nouveau Président sera investi en août, à la fin du mandat de M.Nkurunziza, pour sept ans. Il a promis de faire du rétablissement économique du pays sa priorité. Le Burundi est en effet classé parmi les trois pays les plus pauvres au monde, selon la Banque mondiale, qui estime que 75% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Journaliste expulsée de son siège en direct: le studio de la BBC Arabic dévasté par le souffle de l’explosion - vidéo
Tags:
Évariste Ndayishimiye, élection présidentielle, Burundi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook