Afrique
URL courte
Par
922164
S'abonner

«Il n’y a rien dans ce que fait le Maroc sur le plan politique, diplomatique ou militaire pour assoir sa souveraineté sur le territoire du Sahara occidental qui viserait de près ou de loin l’Algérie», a affirmé à Asharq News le chef de l’exécutif du pays en réponse à son homologue algérien qui estimait que l’accord Rabat-Tel-Aviv était un danger.

Lors d’un entretien accordé samedi 19 décembre à la chaîne Asharq News, le chef du gouvernement marocain, Saad Eddine El Othmani, a répondu à son homologue algérien, Abdelaziz Djerad, qui a estimé dans une déclaration à la presse que l’accord de normalisation des relations entre le royaume chérifien et Israël constituait «un danger» certain à la sécurité nationale algérienne.

«Il n’y a rien dans ce que fait le Maroc sur le plan politique, diplomatique ou militaire pour assoir sa souveraineté sur le territoire du Sahara occidental qui viserait de près ou de loin l’Algérie», a déclaré M.El Othmani, soulignant que l’accord conclu avec Israël «n’était pas du tout orienté contre nos frères algériens».

Qu’en est-il du point de vue algérien?

Sur le plan géostratégique et sécuritaire, l’Algérie est très inquiète pour sa sécurité nationale. Depuis la destruction de la Libye en 2011 suite à l’intervention de l’Otan sous instigation française, toute la bande frontalière algérienne s’est encore enflammée.

Exercices à tirs réels Bouclier 2020 à Oran
© Photo / Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale
En effet, ses frontières avec la Tunisie, la Libye, le Mali et le Niger sont devenues des zones hautement dangereuses en raison de la présence de plus en plus grande de terroristes islamistes, notamment ceux fraîchement arrivés des zones de combat en Syrie et en Irak. Le rôle de la Turquie, membre de l’Otan et allié d’Israël, et «d’ONG sionistes» dans l’acheminement de ces combattants a été signalé plusieurs fois par des responsables sécuritaires algériens.

Dans ce contexte, l’accord signé entre le Maroc et Israël sous les auspices des États-Unis, en contrepartie de la reconnaissance par Donald Trump de la souveraineté du royaume chérifien sur le territoire du Sahara occidental, a été mal vu par les autorités algériennes pour plusieurs raisons. La première est qu’il est intervenu près d’un mois après l’intervention militaire marocaine au passage frontalier d’El Guerguerat, dans la zone tampon démilitarisée à l’extrême sud du Sahara occidental. Une intervention qui a amené le Front Polisario à annoncer son retrait de l’accord de cessez-le-feu signé avec l’Onu et le Maroc en 1991, ouvrant ainsi la porte à un probable embrasement militaire de cette région. Ceci s’est également produit alors que 200 dangereux terroristes ont été libérés dans la région du Sahel après que la France a payé une rançon de plusieurs millions d’euros pour libérer des otages.

Le Maroc tente de rassurer

Ainsi, l’arrivée d’Israël au Maroc après avoir rétabli ses relations, avec l’appui américain, avec le Tchad, le Soudan, et probablement encore avec le Mali, la Mauritanie et le Niger, est pressentie comme un danger par l’Algérie qui se voit à cet effet complètement encerclée par un arc de feu qui pourrait avoir de graves incidences sur sa sécurité nationale.

En effet, lors d’une déclaration à la presse, Abdelaziz Djerad a affirmé que «l’Algérie est visée».

«Quand on dit aux citoyens qu’il y a des opérations à l’étranger visant la stabilité du pays, voici les preuves, quand on voit que nous sommes entourés de dangers et de guerres», a-t-il ajouté, soulignant qu’«il y a une volonté de ramener l’entité israélienne et sioniste à nos frontières». Cette question de normalisation des relations avec Israël est prise très au sérieux par les Algériens du fait qu’elle inclut également, en plus de la coopération économique, la collaboration en matière de sécurité, de renseignement et des technologies militaires.

Tout en assurant que le royaume chérifien «ne portera jamais atteinte à ses voisins», Saad Eddine El Othmani a rappelé que «le roi Mohamed VI a, à maintes reprises, lancé des appels à l’adresse de nos frères algériens afin de régler tous les problèmes en les soumettant aux discussions afin de leur trouver des solutions dans un cadre fraternel».

Les positions

L’Algérie refuse de normaliser ses relations avec Israël tant que les droits du peuple palestinien à la liberté, l’indépendance et l’édification d’un État viable avec Jérusalem-Est comme capitale ne sont pas respectés. Elle soutient également un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui conformément aux résolutions du conseil de sécurité de l’Onu.

De son côté, le Maroc a fait savoir qu’il maintenait les mêmes positions de principe de soutien à la cause palestinienne conformément à l’initiative de la Ligue des États arabes de 2002, soulignant que l’accord avec Israël ne remettait en rien en cause cet engagement.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Tags:
Saâd Eddine El Othmani, Israël, normalisation, Algérie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook