Afrique
URL courte
Par
10310
S'abonner

Désormais, les premiers cas confirmés d’infection au variant britannique du Covid-19 viennent d’être enregistrés en Tunisie, informe le ministère de la Santé dans une note publiée sur sa page Facebook. Alors que les rues algériennes et tunisiennes grouillent de monde, des spécialistes mettent en garde contre tout relâchement de la vigilance.

Après le Maroc et l’Algérie, le variant britannique du Covid-19 est arrivé également en Tunisie, annonce le ministère tunisien de la Santé dans un communiqué posté sur Facebook.

«Dans le cadre du suivi de l’évolution de la situation sanitaire en Tunisie et après la réunion périodique du Comité scientifique de lutte contre l’épidémie de Covid-19, le ministère de la Santé annonce la découverte du variant britannique du virus SARS-COV-2», indique la note.

Dans le même sens, le ministère précise «qu’aucune trace de la présence des variants sud-africain ou brésilien du Covid-19 n’a été découverte par le système d’alerte national».

Des spécialistes tirent la sonnette d’alarme

Depuis le 22 février, à l’occasion du deuxième anniversaire du Hirak, les Algériens ont repris les marches et rassemblements des vendredis, lors desquels des manquements aux règles d’hygiène sanitaire ont été largement constatés.

Idem en Tunisie. Le samedi 27 février, le parti islamiste au pouvoir Ennahdha a organisé un important rassemblement populaire à Tunis, en soutien au chef du gouvernement Hichem Mechichi dans son bras de fer avec le Président Kaïs Saïed sur la validation du dernier remaniement ministériel. De la même manière, les règles sanitaires y ont été bafouées. D’autres partis politiques envisagent à leur tour d’organiser des rassemblements en soutien au chef de l’État.

Des spécialistes des deux pays ont tiré la sonnette d’alarme quant aux risques que l’épidémie reparte à la hausse, notamment après la découverte du variant britannique réputé plus agressif en termes de propagation que la souche originelle du Covid-19.

L’épidémie «est encore devant nous»

Ainsi, dans un entretien accordé au site d’information Tout sur l’Algérie (TSA), le Pr Riad Mahyaoui, membre du Comité scientifique en charge du suivi de l’épidémie de Covid-19, affirme qu’«il y a un relâchement très inquiétant des mesures barrières, du port du masque obligatoire, de la distanciation et du lavage des mains». «L’épidémie n’est pas derrière nous, c’est encore devant nous. C’est parti pour encore quelques mois ou années, voire plus. Il faut réellement se ressaisir», insiste-t-il.

En Tunisie, le directeur général de l’Institut Pasteur de Tunis, Hechmi Louzir, a tiré également la sonnette d’alarme quant au non-respect des règles sanitaires.

Depuis plusieurs semaines, moins de 200 cas confirmés sont enregistrés par jour en Algérie, selon le ministère de la Santé. Depuis le début de l’épidémie en février 2020, l’Algérie a enregistré un total de 113.430 cas d’infection au Covid-19, dont 78.377 ont guéri et 2.991 sont décédés.

En Tunisie, depuis mars 2020, 234.213 cas confirmés ont été enregistrés, dont 199.476 guérisons et 8.047 décès.

Au Maroc, 484.159 cas ont été recensés depuis le début de la maladie, dont 469.868 personnes ont guéri et 8.645 sont décédées.

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
De Lyon à Moscou pour le vaccin russe: un avocat français livre à Sputnik son expérience
Tags:
souche de coronavirus, Maroc, Tunisie, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook