Amérique du Nord
URL courte
Par
0 356
S'abonner

Alors que les Républicains crient à la fraude électorale concernant la présidentielle de 2020, un comté de Pennsylvanie, État qui a été le théâtre d’une bataille électorale serrée, a retiré la certification de ses machines à voter. En cause: un audit mené par une société de logiciels demandé par les Républicains.

Le parti républicain n’abandonne pas ses tentatives pour remettre en cause la défaite de Donald Trump face à Joe Biden. Utilisées durant les dernières élections aux États-Unis, les machines à voter d’un comté de Pennsylvanie ont vu leur certification retirée après avoir été soumises à un audit, relate The Hill.

Dans une lettre adressée au conseil électoral du comté de Fulton, la secrétaire par intérim du Commonwealth de Pennsylvanie, Veronica Degraffenreid, a déclaré que les machines utilisées lors des élections de novembre 2020 avaient été compromises après un audit mené par l’éditeur de logiciels Wake TSI.

Les Démocrates ont remporté cet État avec 50,01% des voix contre 48,84% pour les Républicains.

L’audit en cause

Les autorités du comté de Fulton lui ont déclaré avoir autorisé Wake TSI à accéder à certains composants de leur système électoral, y compris leur «base de données électorale, les fichiers de résultats et les journaux du système Windows», indique la lettre.

L’entreprise a eu également le droit d’utiliser un «outil d'imagerie informatique pour prendre des images complètes du disque dur de ces ordinateurs» et des «images complètes de deux clés USB» utilisées pour transférer les résultats des élections.

Selon la secrétaire, ni le comté, ni les représentants de l'État, ni Dominion Voting Systems, vendeur du matériel et des logiciels de vote électronique, ne pouvaient «vérifier que les composants affectés du système de vote loué par le comté de Fulton pouvaient être utilisés en toute sécurité lors des futures élections.»

Elle a en outre souligné que l’audit en question avait été effectué d’une manière qui n’était «ni transparente ni bipartite». Suite à la décision de retirer leur certification, le comté de Fulton, une zone rurale à la frontière avec le Maryland abritant 14.845 habitants, devra acheter ou louer de nouvelles machines à voter à Dominion ou à une autre société.

Même situation dans l’Arizona

La décision de remettre les machines à Wake TSI est intervenue à la suite d'une demande du sénateur républicain Doug Mastriano, faite à plusieurs comtés, de se soumettre à une «enquête médico-légale» sur les élections de 2020.

Le département d'État de Pennsylvanie a publié par la suite une déclaration encourageant «les comtés à refuser de participer à tout examen fictif des élections passées qui les obligerait à violer la confiance de leurs électeurs et à ignorer leur obligation légale de protéger la garde de leurs bulletins de vote et de leur matériel de vote.»

Wake TSI est l'une des sociétés impliquées dans un audit post-électoral des bulletins du comté de Maricopa ordonné par la majorité républicaine du Sénat de l'Arizona. Les superviseurs de ce comté, dont quatre Républicains sur cinq, ont voté la semaine dernière pour que soient retirées leurs machines et en louer de nouvelles, pour un coût de près de trois millions de dollars.

Mastriano et la sénatrice de l'État Judy Ward, qui représente le comté de Fulton, ont demandé officiellement aux administrateurs électoraux du comté de remettre les machines.

«Nous avons déjà vu des systèmes compromis dans le comté de Fulton et dans l'État de l'Arizona. Dans les deux cas, les examens à motivation politique n'ont révélé absolument aucune preuve de fraude ou de divergence», a déclaré par la suite le département d'État de Pennsylvanie, soulignant le coût de remplacement des machines.

Lire aussi:

Quand Castex joue avec les chiffres pour assurer qu’il y a 96% de non-vaccinés parmi les contaminations
Un système de DCA russe détruit l’ensemble des missiles israéliens ayant visé une ville syrienne
Castaner voit la piste russe dans le mouvement antivax en France et cite faussement l’affaire Benalla
Tags:
audit, États-Unis, fraudes électorales, fraude
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook