Ecoutez Radio Sputnik
    Ces femmes qui aiment les hommes

    Ces femmes qui aiment les hommes

    Analyse
    URL courte
    0 0 0 0

     


    Depuis l'affaire DSK, une polémique fait rage sur les rapports entre les hommes de pouvoir français et le sexe, entre sexualité et politique. L’affaire DSK a libéré la parole des femmes qui n’ont pas manqué de dire ce qu’elles pensent de la condition fémimine.

    On ne nie pas qu’il y a eu une évolution de la société. Les droits des femmes maintenant sont équivalents à ceux des hommes; il y a des professions entières, importantes – les magistrats, les enseignants, les médecins – qui sont maintenant des professions largement féminines. Mais, disent les invitées des plateaux de télévisions et les auteurs de commentaires de presse,« en dépit des avancées, il y a une égalité qui n'est pas respectée ». Et d’insister que la France est un pays où le machisme est très fort, où « la femme est toujours ramenée à son physique ». Le débat est lancé et il est hors de doute qu’il fera plus pour le féminisme que certains textes de loi.

    En attendant, loin de se confiner à l’intérieur de frontières nationales, l’état d’esprit combattif des Françaises se propage à travers le monde. Généralement fermée à beaucoup de choses, et notamment, depuis peu, aux concombres européens, la frontière russe s’est avérée perméable aux idées de la lutte contre le machisme triomphant. A moins que ce ne soient des processus qui se développent ça et là à l’unisson. Peu importe, il est remarquable que les femmes russes, généralement assez conciliantes, aient voulu se mobiliser et aller de l’avant.       

    « Nous allons faire tout pour qu’au sein des partis politiques, les femmes représentent au moins la moitié, contre 6 pourcent aujourd’hui », dit la sociologue Olga Krychtanovskaia, leader d’un nouveau mouvement, qui envisage entre autre de proposer une femme au poste de président de Russie en 2018. Le mouvement s’appelle « Otlitchnisy » (Excellentes élèves). A sa tête, à part Olga, il y a une cantatrice d’opéra, une ex-championne de natation synchronisée et même une ex-agent de renseignement, dévoilée l’année dernière aux USA. Les membres du mouvement espèrent avoir un soutien rapide, car on sait que les femmes peuvent être actives en Russie.

    Si elles sont peu représentées dans le pouvoir, elles sont, au contraire, très présentes dans les affaires où 42 pourcent des postes de direction sont confiées à des représentantes du sexe faible. Cependant les nouvelles féministes russes ne veulent surtout pas être appelées par ce nom.

    « Les féministes sont souvent des misandres qui détestent les hommes, et nous, nous les aimons », expliquent-elles. Ainsi pour combattre le machisme toujours existant les « Excellentes élèves » ne vont pas utiliser une seule arme mais au moins deux.

    Lire aussi:

    Chapelle-Pajol, les femmes sacrifiées sur l’autel de l’antiracisme?
    Pourquoi les Français sont-ils appelés à financer le «journalisme libre» en Syrie?
    Ivanka Trump accusée de «faux féminisme»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik