Analyse
URL courte
Par
0 282
S'abonner

La semaine dernière le ministre de la Défense de Turquie Ismet Yilmaz a annoncé que le bouclier antimissile, dont le pays veut se doter, ne serait pas intégré dans le système de l’OTAN.

Or plus tard le porte-parole du président du pays Ibrahim Kalyn a déclaré que la Turquie entendait mettre en place un système de défense antimissile compatible avec ceux de l'OTAN. D'après l'information du journal Sabah, citant une source au secrétariat de l'industrie de défense turque, l'une des priorités d'Ankara lors du choix du fournisseur du nouveau bouclier antimissile sera le transfert à la partie turque des technologies de la fabrication.

Les systèmes russes de DCA et de missiles ont-ils des chances de remporter l'appel d'offres turc?

Ecoutons l'avis, exprimé à la radio « Sputnik », par l'expert militaire Igor Korottchenko, rédacteur en chef de la revue « Défense nationale »:

Je peux dire que, probablement, la Turquie devrait étudier une proposition de la Russie à ce sujet en dehors de l'appel d'offres. Dans le cadre des accords intergouvernementaux entre la Turquie et la Russie, la partie russe peut proposer à Ankara un transfert complet de technologies, adaptées aux critères de l'OTAN pour doter la Turquie d'un système entièrement intégré de défense anti-aérienne et antimissile sur la base des innovations russe dans ladite sphère. Cela doit impliquer une décision politique de la Turquie. Nous ne pouvons pas dire pour le moment si la Turquie choisira ou non la Russie pour réaliser son plan.

Je peux dire assurément que pour le critère efficacité-prix, pour le volume de transfert des technologies la Russie est capable de proposer à la Turquie un maximum de savoir faire pour que le futur bouclier antimissile de la Turquie soit conforme aux critères technologiques les plus récents. A cet effet, le gouvernement de Turquie doit contacter directement le gouvernement de Russie.

En effet, le ministre de la Défense de Turquie Ismet Yilmaz disait que le futur système de défense antimissile du pays ne serait pas intégré dans le système de l'OTAN. Or étant donné que la Turquie reste, quand même, membre de l'Alliance nord-atlantique, je pense que le critère de compatibilité du nouveau bouclier avec les standards de l'OTAN sera l'une des conditions du client turc. Mais indépendamment de son intégration ou non dans le système de l'OTAN, Moscou sera en mesure de concevoir et satisfaire toutes les demandes d'Ankara en matière d'un système de DCA et antimissile efficace.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Le HQ-9 renforce les positions de la Chine sur le marché mondial de l'armement
La Turquie créera son système antimissile avec la Chine
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
Cybersécurité: les données de chômeurs volées, enquête en cours à Pôle Emploi
Tags:
OTAN, Ismet Yilmaz, Ibrahim Kalyn, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook