Analyse
URL courte
Par
0 42
S'abonner

Les prix bas du pétrole ont éveillé l’intérêt de petites compagnies pétrolières pour la prospection géologique. Elles n’ont pas l’intention de geler l’exploitation des puits déjà existant, mais sont prêtes à s’investir dans de nouveaux projets.

250 petites et moyennes compagnies pétrolières et gazières fonctionnent actuellement en Russie. Toutes elles sont indépendantes de l'Etat et des géants verticalement intégrés. Moins de la moitié d'entre elles s'occupent aujourd'hui de la production proprement dite. Les autres mènent activement des travaux de prospection géologique ou se préparent à en lancer.

Les analystes constatent que les oscillations des prix du pétrole n'ont pas conduit ces compagnies à réduire leur production. Qui plus est, il n'est pas question pour elles de fermer des puits. Elles se rappellent, probablement, de 1998, quand le prix du baril Urals ne valait pas plus de 7-9 $. Voici l'avis du directeur Energie à l'Institut de l'énergie et des finances, Alexeï Gromov:

La base de ressources qu'aujourd'hui on aura encore à prospecter et à préparer à l'exploitation, représente principalement de moyens, petits et très petits gisements qui n'intéressent pas les géants, habitués à travailler avec de vastes champs pétroliers. A ce propos l'Etat envoie un signal clair, qui sera fixé dans des documents respectifs. Un signal encourageant les petites et moyennes entreprises à développer leurs activités dans ce sens.

Certes, le départ des investisseurs étrangers, provoqué par la pression des sanctions, a joué son rôle négatif. Bien des projets de prospection géologique ont été suspendus. Mais là aussi de petites compagnies pétrolières ont trouvé une issue: elles sont retournées à l'exploitation des gisements pauvres et croient qu'une prospection supplémentaire leur permettra de trouver de nouvelles réserves.

La stratégie doit être à peu près la même au niveau de l'Etat. Une réduction des recettes de la vente du pétrole doit obliger à engager de nouveaux mécanismes de nature à moderniser l'économie russe, estime Sergueï Pikine, directeur du Fonds du développement énergétique.

Cette pause dans les recettes pétrolières et gazières doit être mise à profit par le gouvernement pour entreprendre des démarches concrètes en vue d'une modernisation de l'économie. Cela ne prendra pas une année ou deux, et l'on voudrait que les prix des hydrocarbures ne haussent pas rapidement, autrement tout reviendra à son état habituel, décontracté.

Il est significatif qu'en dépit de toutes les difficultés le travail est mené énergiquement dans le cadre de tous les projets phares. A Sakhaline-1 on a foré en avril le puits le plus profond du monde — de 13 500 mètres. Des records mondiaux dans le cadre de ce projet lancé en 2003 ne sont pas rares. C'est ici qu'ont été forés 9 des 10 puits les plus longs au monde. Résultats dont peuvent être fiers des partenaires étrangers aussi: le patron de Rosneft Igor Sétchine a exprimé la reconnaissance à la compagnie ExxonMobil, « aux technologies de forage de laquelle cela est devenu possible ».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Pétrole: la Russie n'a pas intérêt à réduire la production (officiel)
Pétrole : le principe des envolées et des chutes
Une remontée du prix du pétrole en vue
Tags:
pétrole, ExxonMobil, Rosneft, Igor Sétchine, Alexeï Gromov, Sergueï Pikine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook