Analyse
URL courte
Par
Vers la paix en Ukraine (128)
0 101
S'abonner

Appliquer les ententes de Minsk est, semble-t-il, au-delà des forces de Kiev. L’administration ukrainienne qui ne se soucie que de son image et n’a su trouver un juste milieu entre l’avenir du pays et les ambitions des conseillers étrangers.

Le président ukrainien Piotr Porochenko avec son homologue français François Hollande
© REUTERS / Philippe Wojazer
Quoi qu'il en soit, les ententes intervenues à Minsk ne sont pas respectées. Cela est dû aux actes, plutôt à la passivité de Kiev. De plus en plus de politiciens et d'experts signalent la nécessité d'une réforme constitutionnelle en Ukraine. Sans cela il est impossible de rétablir la paix ni la confiance à l'administration. Les ententes de Minsk supposaient une telle réforme, souligne le directeur de l'Institut de développement contemporain de l'Etat Dmitri Solonnikov:

L'une des étapes importantes suppose le démontage du système centralisé ukrainien: la renonciation à l'Etat unitaire, le passage à la fédéralisation, la décentralisation des institutions. Autrement dit, le processus constitutionnel qui doit être concerté avec tous les participants aux processus politiques de l'Ukraine. Il était prévu d'adopter toute une série d'autres décisions: les élections dans les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, le passage du contrôle de la frontière les deux républiques avec la Russie sous la juridiction ukrainienne — c'est-à-dire plusieurs démarches mises en rapport avec le début d'une réforme constitutionnelle sérieuse.

D'autres mesures qui permettraient d'établir l'ordre dans le pays, notamment l'arrêt du blocus économique du Donbass, de régler les problèmes humanitaires urgents sont formulées dans les ententes de Minsk. Cependant, deux mois après la réunion à Minsk il est devenu clair que les politiciens ukrainiens n'étaient prêts à engager les processus politiques concrets ni à respecter par étapes les clauses de l'accord. Le consultant politique Dmitri Koulikov estime:

Kiev interprète avec esprit de suite les ententes depuis leur signature en cherchant à les faire échouer. Kiev promet formellement de les appliquer mais toutes les décisions adoptées: depuis la loi sur le régime particulier pour certaines régions de Donetsk et de Lougansk jusqu'à la loi sur l'opposition à l'agression russe visent à réduire à néant les ententes de Minsk.

Kiev n'est d'apparence pas coupable de ces échecs réguliers. Les décisions de l'administration ukrainienne seront inévitablement approuvées par des « conseillers » omniprésents. Une question s'impose: ces « conseillers », ont-ils vraiment besoin d'une Ukraine pacifique et prospère?— poursuit Dmitri Koulikov:

Porochenko et l'administration kiévienne ne sont pas à même d'appliquer ce qui a été signé. Dès qu'ils passent au régime de coopération politique normale avec le Donbass rebelle, ils se heurtent tout de suite aux problèmes politiques tant avec les habitants idéologisés qu'avec le pouvoir réel institué en Ukraine: j'ai en vue le pouvoir américain.

De plus en plus d'Ukrainiens comprennent que les opérations armées ne sauraient durer à l'infini et, par conséquent, il vaut mieux s'entendre dès aujourd'hui. Il convient d'objecter que les simples Ukrainiens envisagent les ententes au sein du pays alors que les politiciens projettent des voyages outre Océan et des tentatives stériles de s'assurer davantage d'argent.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Vers la paix en Ukraine (128)

Lire aussi:

Lavrov: pas de solution militaire pour le conflit en Ukraine
Réformes en Ukraine: une grande ambition, à confirmer
Accords de Minsk-2 sur l'Ukraine (février 2015)
Situation dans le Donbass (2015)
Tags:
accords de Minsk, République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), Dmitri Koulikov, Petro Porochenko, Donbass, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook