Ecoutez Radio Sputnik
    Un officier de police donne des indication aux clandestins, Sicile, Italie

    L’Europe envahie : à qui la faute ?

    © AP Photo /
    Analyse
    URL courte
    Par
    11387
    S'abonner

    Si l'accueil massif et irrationnel à bien des égards des migrants africains pose déjà beaucoup de questions, les raisons pour lesquelles ces flux ont soudainement gagné en importance restent tout à fait mystérieuses ... à moins de revenir bien en arrière en mêlant Histoire à « conspirologie ».

    Si l'accueil massif et irrationnel à bien des égards des migrants africains pose déjà beaucoup de questions — laissons donc tomber le prêchi-prêcha pseudo-humaniste du PS — les raisons pour lesquelles ces flux ont considérablement et soudainement gagné en importance restent tout à fait mystérieuses… à moins de revenir bien en arrière en mêlant Histoire à « conspirologie ».

    Notons préalablement ceci:

    - La plupart des gens que nous voyons débarquer ne sont pas originaires de la Libye mais bien d'Afrique subsaharienne. La thèse selon laquelle ceux-ci fuieraient un pays en proie à l'EI ne tient pas debout. Les conditions plus que difficiles qui sont celles des peuples de ce qu'on appelait anciennement l' « Afrique noire » sont de notoriété publique, elles découlent en grande partie du pillage monstrueux dont le continent, par la grâce de certains Etats occidentaux, est victime. Comment se fait-il que des foules de ressortissants de ces pays se soient miraculeusement retrouvées dans les villes portuaires libyennes en attendant d'être expédiées en Finlande ou en Suède? Qui leur a donné des garanties? Y-a-t-il autant de passeurs illégaux pour embarquer des dizaines de milliers de personnes? Quoi qu'il en soit, il n'y a aucun évènement tragique, aucune catastrophe écologique d'envergure qui aurait pu rationnellement expliquer le caractère massif de ces déplacements.

    — Comment motiver le fait que des dirigeants sains d'esprit, conscients du danger que sous-tend l'impossibilité de contrôler les identités de ces personnes derrière lequelles se cachent des combattants de l'EI, se cassent la tête pour répartir équitablement les quotas entre les pays de l'UE qui n'ont pas encore fait naufrage tout en constatant, pour la France, que la courbe du chômage ne s'inverse pas et tout en continuant à resserrer les sangles d'une austérité impliquée par un euro surévalué et une dette explosive? Désolée, mais ça sent la schyzophrénie à plein nez. Sauf que nos dirigeants ne sont pas schyzophrènes et que la réalité semble être bien différente.

    Primo, il faut voir qui est aux commandes. Sans doute connaissez-vous une organisation médiatiquement discrète qui s'appelle « Organisation internationale pour les migrations » et dont la plaque d'immatriculation US rend perplexe. Pourquoi est-ce que son Ambassadeur, un gentil grand-père au poil blanc comme neige n'invite pas les States à réfléchir sur la façon dont ils pourraient accueillir les populations les plus pauvres ou les opprimées? Après tout, traverser l'Atlantique sur un splendide Queen Mary, ce n'est pas la mer à boire! Et c'est bien plus sécuritaire que de traverser la petite bande méditerranéenne sur un chalutier rongé par des années de surexploitation!

    Secundo, comment ne pas se souvenir de la vieille théorie d'un penseur extrêmement influent, inspirateur du paneuropéisme, le comte Richard de Coudenhove-Kalergi, qui dans son Praktisher Idealismus (1925) a clairement énoncé ce que devait être l'Europe en perspective: un chaudron multinational, privé de Mémoire historique, dont les populations seraient de fait même plus faciles à manipuler. Pour ce faire, Coudhenove-Kalergi appelait à ramener dans tous les pays d'Europe des migrants d'origine africaine. Que de coïncidences, nom d'une pipe!

    L'Europe est envahie. A qui la faute? Aux adeptes sectaires d'un mondialisme jusqu'au-boutiste.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Immigration en Europe: la tension monte à la frontière franco-italienne
    Immigration: 60 millions de déplacés et de réfugiés dans le monde
    Hongrie: construction d’une barrière anti-migrants à la frontière avec la Serbie
    Tags:
    migrants, migration, Union européenne (UE), Etat islamique, Afrique, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik