Ecoutez Radio Sputnik
    Dollar

    Le Venezuela au pied du mur

    CC BY 2.0 / Images Money / Dollar
    Analyse
    URL courte
    Dmitri Geer
    3136

    Les prix bas du pétrole pèsent sur l’économie du Venezuela. Les opposants politiques aux autorités actuelles causent eux non moins de problèmes. Mais le pouvoir est sûr de son succès et est prêt à poursuivre la ligne précédemment fixée.

    Nicolas Maduro s'est vivement opposé à la dollarisation de l'économie nationale. Le président vénézuélien a relevé que le bolivar resterait la monnaie nationale, tandis que les recettes en devises étrangères serviraient comme avant à financer la construction de logements, l'instruction, l'amélioration du système de la santé publique et l'alimentation. Des experts préviennent néanmoins que la situation économique est alarmante. Le cours de change du bolivar vénézuélien sur le marché noir chute de 340 points face au dollar US, le niveau officiel étant établi à 6,3 contre un $. La plupart des difficultés rencontrées aujourd'hui par le Venezuela provient de la chute des prix du pétrole, puisque ce dernier représente de la structure des exportations. Autrement dit, de longues années durant, le pays vivait du pétrole, conclut Alexandre Kharlamenko, en charge du centre de l'information et de la recherche à l'Institut de l'Amérique latine auprès de l'Académie russe des sciences:

    « Son économie se basait toujours dans une grande mesure sur l'industrie pétrolière. Pratiquement tous les autres secteurs économiques, publics comme privés, bénéficiaient de subventions énormes de la part de Petróleos de Venezuela SA, corporation pétrolière et gazière d'Etat. Notamment, des subventions aux opérations d'exportation et d'importation. En profite aussi ce même secteur privé, qui se montre hostile au pouvoir en place. On comprend que toute baisse des prix du pétrole frappe le Venezuela plus durement que la Russie, dont l'économie est plus diversifiée ».

    Voici ce que dit à ce propos Vladimir Feïguine, président de l'Institut de l'Energie et des finances:

    « Pour que le budget du Venezuela soit équilibré, le prix du baril doit être de l'ordre de 100 $, sinon plus. Il y a des difficultés économiques, des complications sociales sont possibles. Des pourparlers sont en cours afin de renforcer l'interaction avec la partie russe. Je crois qu'il s'agit d'un certain soutien à la direction vénézuélienne ».

    La Russie elle aussi voit dans le Venezuela un partenaire important. On vient d'apprendre que Rosneft planifie d'investir 14 milliards de dollars dans les projets au Venezuela. Cette compagnie russe est parmi les plus importants partenaires étrangers de Petroleos de Venezuela. Caracas est prêt à coopérer avec d'autres. D'autant que les investissements dans la mise en valeur des sables bitumineux du bassin de l'Orénoque représenteraient environ 144 milliards de dollars d'ici à 2020, selon la corporation pétrolière et gazière publique. Le Venezuela attend justement la moitié de cette somme des partenaires étrangers. Mais de toute façon, une stabilisation des prix du pétrole reste une chose primordiale. Pour cette raison le Venezuela cherche à établir des filières de négociation avec l'OPEP, note Vladimir Feïguine:

    « La chute des prix du baril préoccupe beaucoup les autorités du pays. Elles tentent d'établir des contacts avec la direction de l'OPEP et de concerter des mesures unifiées. Y compris à l'égard des quotas. Elles ont pris part à l'organisation d'une conférence, à laquelle la partie russe a également participé ».

    Outre ces problèmes liés à la situation sur le marché des hydrocarbures, le Venezuela subit une forte pression politique. Ainsi, à la fin de 2014, le Sénat du Congrès des Etats-Unis a approuvé un projet de loi sur des sanctions visant nombre de fonctionnaires vénézuéliens. Mais il n'y a pas que la pression extérieure, constate Alexandre Kharlamenko:

    « Il y a certainement une guerre économique des milieux réactionnaires des Etats-Unis et de l'opposition de droite qui agit de concert avec eux. C'est un vrai sabotage économique à grande échelle touchant l'approvisionnement en denrées alimentaires, dont des stocks énormes sont cachés par des opposants et qui sont ensuite découverts par la police presque chaque semaine. Tout cela ne manque pas, bien entendu, de compliquer la situation dans l'économie ».

    Des experts appellent à étudier attentivement les problèmes rencontrés par le Venezuela et à tirer des conclusions dès à présent. Quant au Venezuela, il aura à parcourir un long chemin de redressement de la situation économique. Or si la pression politique ne faiblit pas, les tentatives de Caracas de s'en tirer ont de très minces chances d'aboutir.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Venezuela: Maduro hostile à la dollarisation de l’économie nationale
    La Russie et l’UE peuvent-elles mettre fin au dollar roi?
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    dollar US, OPEP, Alexandre Kharlamenko, Nicolas Maduro, Venezuela, Russie, Vladimir Feiguine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik