Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    COP21: L'Arabie saoudite accusée de bloquer les négociations

    © AFP 2019 Hassan Ammar
    Analyse
    URL courte
    Par
    Conférence sur le climat de Paris (2015) (39)
    373
    S'abonner

    Et le prix fossile est attribué à… l'Arabie Saoudite! Et c'est la 4eme fois que la monarchie saoudienne remporte ce prix (cette fois-ci juste devant les Etats Unis).

    Mise en scène humoristique sur fond de musique de Jurassic Park, mais informations sérieuses, le directeur de l'association reproche à l'Arabie Saoudite d'affaiblir les ambitions, comme celle des 1,5 degré, ou de bloquer l'aspect financier des négociations. Plus de détails dans quelques instants.

    L'Arabie saoudite cherche à bloquer les négociations de la COP21 pour protéger ses intérêts pétroliers. Certains représentants d'ONG, présent lors de ces négociations, ont tiré la sonnette d'alarme: l'Arabie saoudite tente de bloquer toutes les mesures qui mettraient en péril son économie, la monarchie tirant l'essentiel de ses revenus de l'exportation de pétrole. Audrey Arjoun chargée de mission justice climatique à Action Aid, nous explique les points sur lesquels la pays fait pression:

    L'Arabie saoudite ignore des années de recherches scientifiques qui montrent clairement que 2°C, c'est déjà trop élevé pour les communautés vulnérables dans le monde. Donc, en empêchant la signature de l'accord, c'est finalement s'asseoir sur les résultats du GIEC, qui ont été financés par les gouvernements dans le cadre des Nations Unies pour arriver à ce résultat. Ce qui bloque, c'est que la délégation officielle d'Arabie saoudite fait de son mieux pour supprimer toutes allusions à la limite d'1.5°C dans l'accord: 1.5°C étant la hausse mondiale de la température moyenne due au réchauffement climatique, qui est déjà trop élevée pour les communautés vulnérables dans le monde. L'Arabie saoudite travaille avec l'Inde et la Chine dans un groupe pour supprimer toute allusion au 1.5°C dans l'accord. Elle fait pressions sur les groupes arabes qui du coup soutiennent implicitement l'Arabie saoudite alors qu'ils vivront directement les conséquences des changements climatiques.

    Elle bloque également sur les plans d'Action Climat nationaux:

    Elle bloque toutes révisions des plans climat nationaux, donc les INDC, qui sont les contributions volontaires avancées par les Etats partis des négociations climat, et qui ne sont aujourd'hui pas à la hauteur pour maintenir la hausse des températures en dessous des 1.5°C. C'est pour ça qu'il y a eu une volonté pour augmenter le niveau d'ambition de ces contributions nationales, de mettre en place un mécanisme de révisions de ces plans climat nationaux en 2018 ou même plus tôt pour les revoir à la hausse. Elle bloque ouvertement et directement cette volonté d'augmenter l'ambition des contributions nationales.

    L'Arabie saoudite tire l'essentiel de son produit intérieur brut des exportations de pétrole. Or, les scientifiques estiment que 80% des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) doivent être laissées dans les sous-sols pour limiter la hausse de la température mondiale en dessous 2°C. Quel effort est donc censée fournir l'Arabie saoudite?

    L'Arabie saoudite devrait jouer le jeu de la transition énergétique, c'est-à-dire, laisser de côté les énergies fossiles et abandonner la production et l'exportation de ces énergies et considérer les modèles énergétiques renouvelable, comme le solaire ou l'éolien, qui serait non pas aux mains des multinationales ou de grands géants, mais qui devraient bénéficier aux communautés locales.

    Dernière ligne droite pour les négociations, qui fonctionnent en petits groupes, avec beaucoup de réunions bilatérales. Même si en apparence le pays s'est dit favorable au solaire et à l'éolien, au gaz, et à la capture/stockage du carbone, il refuse que les politiques de réduction d'émissions de gaz à effet de serre ne discriminent les autres sources d'énergie. Une telle position pourrait influencer nos seulement les monarchies pétrolières voisines, mais aussi ceux qui sont dans sa zone d'influence géographique.

    Oui effectivement, le poids de l'Arabie saoudite dans les négociations internationales est très important. Diplomatiquement, la voix de l'Arabie saoudite compte pour les autres pays qui vivent également du pétrole et des énergies fossiles donc au Moyen Orient mais également sur les autres états parce que l'Arabie saoudite a les moyens et est en capacité de pouvoir soutenir la transition et l'adaptation des pays impactés par les changements climatiques si elle le voulait. Même si on est dans un mécanisme démocratique où chaque pays a une voix, le fait que l'Arabie saoudite bloque, ça incitera les autres pays pétroliers et les autres pays dans leur zone d'influence géographique comme l'Egypte à empêcher l'accord de Paris d'être signé ou d'être assez ambitieux.

    L'Arabie saoudite bloque sur les négociations de la COP21: sur l'objectif de réchauffement climatique en lui-même, car même s'il n'est pas fixé à l'heure actuelle (1.5°C), c'est le seul pays à déployer autant d'effort pour en supprimer la mention. A deux jours de la fin des négociations, l'influence de l'Arabie saoudite ne s'étend pas qu'aux monarchies pétrolières ou aux pays dans sa zone géographique. Elle s'étend aux pays comme l'Inde ou la Chine, qui font partie de son groupe de négociations, qui sont en pleine croissance économique et ne souhaitent peut-être pas ré-envisager leur façon de produire d'une manière aussi ambitieuse et solidaire que la COP21 le souhaite. Comment réagira la France, partenaire commerciale privilégiée, face à Ryad qui ne veut pas d'un accord défavorable?

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Dossier:
    Conférence sur le climat de Paris (2015) (39)

    Lire aussi:

    Les négociateurs de la COP21 adoptent un texte sur le climat
    Une COP21 sous influence des multinationales
    COP21: Hollande veut un accord différencié, universel et contraignant
    COP21: 1.000 EUR d'amende pour avoir refusé de donner ses empreintes digitales
    Tags:
    politique, réchauffement climatique, pétrole, COP 21, Action Aid, Audrey Arjoun, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik