Ecoutez Radio Sputnik
    George Soros

    Soros reconnaît sa défaite dans la lutte contre la Russie

    © AFP 2018 Brendan Smialowski
    Analyse
    URL courte
    Ivan Danilov
    902035

    Après avoir longtemps prédit l’effondrement de la Russie, George Soros fait amende honorable. Il constate maintenant que ce pays est une «puissance renaissante fondée sur le nationalisme». Le financier déplore bien sûr que Moscou perturbe le monde unipolaire dominé par les USA et donne l’exemple aux tenants de la multipolarité.

    George Soros est l’un des rares russophobes éminents capables de reconnaître leurs fautes. L’oligarque américain, connu pour avoir «cassé» la banque d’Angleterre par le passé, avait pronostiqué la faillite de la Russie en 2017. Et ce n'est pas arrivé. Parmi les politiciens et les experts médiatiques pour lesquels les prévisions négatives sur la Russie sont pratiquement une obligation, il est de mise de simplement reporter un peu la date de l'explosion si elle ne s'est pas produite au moment attendu. Quant à Soros, cet opposant de principe à la Russie met en pratique une vieille règle boursière: si les faits changent, il faut modifier son opinion. Le problème est que ce financier légendaire et maître des intrigues politiques a visiblement appris ces nouveaux faits sur la Russie dans la stratégie américaine de sécurité nationale — document qui a déjà scandalisé beaucoup de monde — dont les auteurs font de Moscou et Pékin les adversaires principaux de Washington.
    Dans une interview accordée au quotidien d'affaires britannique The Financial Times, il a surpris tout le monde en changeant sa position sur la Russie. Qui plus est, il n'a évoqué Moscou que pour souligner l'état très grave de l'Union européenne. George Soros a gardé sa manière traditionnellement agressive de parler et annoncé que l'UE était une «organisation au bord de la dissolution» et que la Russie était, selon lui, une «puissance renaissante fondée sur le nationalisme».

    Curieusement, cette interview ne souligne pas que la Russie «passera du mauvais au pire». Soros se présente comme un «combattant pour la liberté offensé» qui fait face à l'opposition personnelle de Poutine. Cela pourrait vous surprendre, mais ces propos ne font que renforcer l'image positive du président russe car beaucoup de lecteurs occidentaux sont en mesure de suivre une chaîne logique simple: George Soros, acteur politique très influent qui se permet de faire des leçons à Angela Merkel, se plaint de l'efficacité de l'attaque internationale lancée par Vladimir Poutine contre son organisation. Conclusion: le président russe est beaucoup plus fort, libre et influent que les principaux politiciens de l'UE.

    Les frustrations de l'oligarque américain rappellent celles que reflète la nouvelle stratégie de sécurité nationale des États-Unis. Ce texte fondateur du ministère américain de la Défense présente la Russie et la Chine comme des «puissances révisionnistes» qui ont lancé un défi aux intérêts américains et à l'ordre mondial établi, fondé sur l'hégémonie des USA. Soros se plaint globalement de la même chose mais met l'accent sur la menace que représenterait pour l'Union européenne la «puissance renaissante» qu'est la Russie. Le financier et la Maison blanche accusent la Russie d'avoir perturbé l'ordre mondial dont la caractéristique principale résidait dans la reconnaissance unanime de la «mort de la Russie», et dans la privation de son ancien statut de grande puissance. Dans ce contexte, le fait même de la «renaissance» russe, selon Soros, devient une tendance «révisionniste» pour Washington. Par ailleurs, ils ont probablement les mêmes sentiments envers la Chine: d'après eux, Moscou est mort après sa défaite dans la guerre froide en 1991, et Pékin avait succombé suite aux guerres de l'opium au XIXe siècle. La terreur existentielle de certains politiciens occidentaux au sujet du renforcement de la Russie et de la Chine s'explique apparemment par la prise en considération de la résurrection d'adversaires qu'ils tenaient pour morts depuis longtemps.

    Si l'on revient aux propos de Soros, on constate que ce dernier estime sincèrement que la raison de la renaissance de la Russie réside dans son nationalisme. Il ne faut pourtant pas interpréter cette position littéralement. La pratique montre que, selon ce financier et activiste politique américain, tout politicien qui refuse d'être une marionnette entre ses mains devient automatiquement un nationaliste et un radical dangereux, qu'on ne peut pas accepter dans le «milieu civilisé». Si l'on traduit ces propos de la langue de Soros vers le français, on peut donc dire qu'il ne fait que se plaindre du fait que la Russie se redresse grâce au patriotisme. Ce qui lui fait visiblement peur. Compte tenu de ses prévisions précédentes concernant la Russie, on peut facilement identifier la raison de sa panique: au lieu de faire faillite et de se disloquer, la Russie reste parfaitement stable et devient par son existence-même un bon exemple de la défense efficace des intérêts nationaux malgré tous les efforts de Washington.

    Vladimir Poutine aurait donc une «mauvaise influence» sur les politiciens européens et montrerait à tout le monde que la confrontation avec l'establishment américain — notamment avec George Soros — pourrait être une tactique gagnante assurant non seulement des avantages géopolitiques, mais aussi une sympathie considérable des électeurs. Ce n'est pas par hasard qu'on considère le président russe comme le premier populiste européen, dont l'exemple inspire des personnalités politiques telles que Viktor Orban en Hongrie ou Marine Le Pen en France.

    Bien que les experts politiques européens et américains aient annoncé, suite à la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle française, la «mort du populisme européen» et la «défaite de l'euroscepticisme prorusse», Soros affirme que l'Union européenne se trouve au bord de la dissolution. Il est probable que l'oligarque américain soit plus proche de la vérité…

    Premièrement, il a un accès direct au sommet de l'establishment occidental. Deuxièmement, son métier le pousse à analyser les risques futurs, au lieu des victoires du passé. Afin de comprendre son inquiétude, il suffit de constater le conflit entre Berlin et Varsovie, le progrès assuré des autorités allemandes vers une «Europe à deux vitesses», la tendance de la Bundesbank à introduire le yuan dans ses réserves de devises au détriment du dollar ou même la popularité considérable des populistes et des eurosceptiques du Mouvement 5 étoiles qui pourraient faire créer la surprise lors des prochaines élections législatives en Italie.

    L'occasion de résoudre définitivement la question russe a été manquée. Si George Soros a pu espérer par le passé un effondrement de l'économie russe, il ne mise plus désormais sur ce scénario. Qui plus est, la très influente banque d'investissement américaine Goldman Sachs a soudainement présenté un pronostic assez optimiste de croissance pour la Russie, dépassant même les estimations les plus positives du gouvernement russe. Si l'establishment américain était rationnel, il vaudrait mieux qu'il tente de s'entendre avec Moscou. On ne peut pourtant pas compter sur ce scénario car il a fait trop d'efforts pour relancer le mythe médiatique de la «terrible menace russe».

    Quoi qu'il en soit, même les russophobes les plus acharnés seront tôt ou tard obligés de suivre le chemin de George Soros: d'abord nier le droit à l'existence de la Russie, puis espérer une faillite «imminente» de la Russie, puis déprimer à cause de la résistance de cette dernière et, en fin de compte, reconnaître amèrement que la Russie est là pour toujours.

    Lire aussi:

    La Hongrie contre George Soros: nouveau «round» d’opposition
    La chute de l'empire de George Soros est-elle proche?
    Fondation Soros: spéculations de plusieurs milliards et vente libre de stupéfiants
    Tags:
    lutte, George Soros, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik