Ecoutez Radio Sputnik
    Extraction du pétrole

    Puissance énergétique mondiale? La Chine pourrait mettre fin aux rêves de Washington

    © AP Photo / Hasan Jamali, File
    Analyse
    URL courte
    Maria Tonkova
    121234

    Le géant pétrolier chinois Sinopec aurait suspendu ses achats de pétrole américain pour ses raffineries sur fond de montée des tensions commerciales entre les USA et la Chine, selon des médias. Ce n’est pas l’unique preuve démontrant que Pékin peut miser sur le secteur énergétique comme levier dans ses relations avec Washington.

    La compagnie pétrolière Sinopec, principal raffineur de pétrole en Chine, ne prévoit pas d'acheter du pétrole américain au moins avant le mois d'octobre, fait savoir Reuters en se référant à des sources informées. 

    Cette nouvelle est apparue juste après que le ministère chinois du Commerce a proposé le 3 août d'augmenter les droits de douane sur 60 milliards de dollars d'importations américaines, dont le pétrole, si Washington impose de nouveaux tarifs douaniers sur les produits chinois.

    Il s'agit donc d'une autre répercussion à la guerre commerciale que se livrent Pékin et Washington, susceptible d'être assez dramatique pour ce dernier, qui entend jouer le rôle de l'un des principaux acteurs du secteur énergétique mondial, en devenant exportateur net de ressources énergétiques d'ici 2022. Selon l'analyse des flux des échanges de Thomson Reuters Eikon, les importations de pétrole américain vers la Chine, qui est le deuxième plus grand importateur de cette ressource après le Canada, peuvent diminuer de 40% en septembre par rapport aux mois précédents.

    Levier iranien

    Afin de remplacer les livraisons américaines les entreprises chinoises peuvent tourner leurs regards vers d'autres grands producteurs, dont l'Iran. Selon Bloomberg, Pékin n'a pas obéi aux appels de Washington de mettre fin aux achats de pétrole iranien. Le média indique qu'une délégation de responsables américains s'est rendue la semaine dernière en Chine afin de persuader les autorités locales de soutenir les sanctions américaines contre Téhéran, qui doivent entrer en vigueur début novembre.

    Même si Pékin a présumément consenti à ne pas augmenter ses importations de pétrole iranien, le maintien de ces livraisons peut diminuer l'impact des restrictions américaines sur l'économie du pays. Les exportations vers la Chine représentent environ un quart des exportations pétrolières iraniennes.

    Il est à noter que le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien a contribué au développement des relations économiques sino-iraniennes. Le chef de la diplomatie iranienne, Javad Zarif, s'est rendu en Chine quelques jours après l'annonce du rétablissement des sanctions américaines contre son pays. Ce déplacement a notamment conduit au lancement du projet d'une voie ferroviaire reliant la Chine à l'Iran dans le cadre de la nouvelle Route de la Soie.

    Le GNL américain pris en otage

    Un autre secteur qui peut être touché par la guerre commerciale est celui du gaz naturel liquéfié, qui figure également sur la liste du 3 août des biens menacés par une augmentation des tarifs douaniers. Étant donné que la Chine est le troisième consommateur de GNL américain, cette mesure peut être néfaste pour les États-Unis.

    Par ailleurs, les sociétés chinoises peuvent refuser d'investir dans les projets des États-Unis visant à augmenter leurs capacités d'exportations de GNL. En novembre dernier Sinopec, la Bank of China et China Investment Corporation ont signé un accord non contraignant avec l'Alaska Gasline Development Corporation sur des investissements dans la construction d'Alaska GNL ainsi que sur de futures livraisons du gaz liquéfié produit par cette usine.

    Néanmoins, la décision finale sur ce projet n'a pas encore été prise. Selon Hugo Brennan, de la société de conseil britannique Verisk Maplecroft, ce projet peut être victime de «la détérioration des liens bilatéraux».

    En revanche, la Chine, qui a pour but de diminuer son empreinte écologique, pourrait renforcer ses liens avec d'autres producteurs de GNL, comme la Russie. En juin, le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak a déclaré que Moscou discutait avec ses partenaires chinois dont la CNPC, qui possède une part de 20% dans le projet Yamal LNG lancé en décembre 2017, de leur participation au projet Arctic LNG-2.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Pétrole iranien: y a-t-il une «opération secrète» montée par la Russie pour aider l’Iran?
    Et si la guerre commerciale avait raison du GNL américain?
    Trump lancerait une attaque «gazière» contre Pékin
    Tags:
    gaz naturel liquéfié (GNL), pétrole, sanctions, Sinopec, CNPC, Novatek, Mohammad Javad Zarif, Alexandre Novak, Iran, Chine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik