Ecoutez Radio Sputnik
    Un aéroport

    Exil des millionnaires: Macron, le «Président des riches»… qui n’arrive pas à les retenir

    CC BY 2.0 / Lefteris Heretakis
    Analyse
    URL courte
    Par
    15322
    S'abonner

    Championne du monde de l'exode des millionnaires et des entrepreneurs sous François Hollande, la France est loin d'être un Eldorado sous Emmanuel Macron: les contribuables fortunés fuient la France, mais en moins grand nombre. De plus, on observe clairement qu'en France, matraquage fiscal ne rime pas avec diminution des inégalités.

    Les «riches» sont-ils bien de retour, comme BFMTV nous l'expliquait quatre mois après l'élection d'Emmanuel Macron? Ils auraient en effet été 3.000 millionnaires à avoir quitté la France en 2018, selon le dernier rapport du cabinet sud-africain New World Wealth (NWWealth), rédigé avec le soutien de AfrAsia Bank, sur la migration des richesses. Un «millionnaire», ou high-net-worth individual (HNWI), étant un individu possédant un capital net d'au moins un million de dollars, résidence principale non comprise.

    Certes, il s'agit d'une nette amélioration par rapport aux années du quinquennat Hollande, où ils étaient plus de 10.000 à partir rien qu'en 2015, soit 3% des 323.000 millionnaires résidents en France, un nombre réduit à 268.600 en 2018, toujours selon les rapports du NWWealth. Une perte sèche en nombre d'importants contribuables qui avait value à l'hexagone de caracoler en tête du classement mondial, devant la Chine communiste, qui compte pourtant près de deux fois plus de millionnaires.

    Une diminution des départs certes, mais la tendance reste à la fuite des «riches». Une fuite constante d'importants contribuables corroborée par un rapport du Fisc au Parlement, dont nos confrères des Échos ont eu copie. 

    Comme l'estime le cabinet sud-africain, l'impact des millionnaires sur l'emploi, l'innovation, les recettes fiscales —et globalement la résilience d'une économie nationale- font de leur départ un mauvais signal. «Les millionnaires sont souvent les premiers à partir», ceux-ci ayant «les moyens de partir, contrairement aux citoyens des classes moyennes», rappelait ainsi l'auteur d'un précédent rapport, qui souligne que les millionnaires sont généralement des individus «hautement qualifiés et instruits. Beaucoup sont aussi des innovateurs,» ou encore que «30 à 40% des millionnaires sont des propriétaires d'entreprises.»

    On note d'ailleurs que dans le cas de la France et de l'Italie, cette fuite de contribuables à hauts revenus va de pair avec un appauvrissement de la richesse du pays. Inversement, on observe que les pays d'accueil ont tendance à voir leur richesse s'accroître sensiblement, comme en Australie et au Canada, qui figurent sur le podium des destinations les plus recherchées avec respectivement 12.000 et 4.000 millionnaires y ayant immigré en 2018. Les États-Unis arrivent en seconde position de ce classement de New World Wealth, qui estime à 108.000 le nombre de millionnaires ayant franchi le pas de changer de pays l'année passée, soit une progression de 14% par rapport à 2017.

    Principales raisons du succès de l'île-continent, l'usage de l'anglais, l'attrait de son système éducatif, la performance de son économie et de son système de santé, ainsi que son faible taux de criminalité. Système de santé et taux de criminalité, deux critères qui, avec l'absence d'impôts sur les successions, permettent à l'Australie de prendre le dessus sur les États-Unis dans le classement des destinations les plus prisées des migrants fortunés, selon NWWealth.

    En effet, les principales raisons avancées pour expliquer les départs ne sont pas toujours d'ordre purement fiscal. Dans le cas de la France et du Royaume-Uni, le poids «très élevé» des impôts sur les successions est certes central selon NWWealth en 2018, mais notons qu'en 2015, le cabinet de conseil évoquait dans son rapport «l'augmentation des tensions religieuses et le manque d'opportunités» comme l'une des raisons «notables» de l'exode des Parisiens fortunés (solde négatif de 7.000 sur un an).

    En somme, plus que le montant des impôts, c'est la qualité de vie qui prime. Ou, dit autrement, la qualité du retour sur investissement fiscal que ces ménages à haut potentiel perçoivent: pourquoi payer de plus en plus dans un pays où tout se dégrade et où on en a de moins en mois pour son argent? En somme, le même diagnostic que bien des Gilets jaunes, qui dénoncent le double mouvement de hausse de la pression fiscale et de baisse des services publics, à ceci près que les Gilets jaunes n'ont pas les moyens de s'exiler sous des cieux plus cléments…

    On note qu'aucune destination européenne ne figure dans le classement du New World Wealth, qui relève des taux de croissance de la richesse des pays de la zone à un chiffre, voire négatifs. La France, avec —7% de croissance de richesse sur 10 ans (2008-2018), tombe d'ailleurs de la 7e à la 9e place du top 10 dressé par le cabinet sud-africain, juste devant l'Italie (-14%). L'Australie et le Canada, avec respectivement 48% et 23% de croissance de leur richesse sur la même période, prennent donc pour la première fois l'ascendant sur la France.

    Une croissance de la richesse totale des ménages d'un pays qui reste bien éloignée de celle de la Chine (+130%). Notons que cette croissance à trois chiffres, toujours sur dix ans, contrebalance les nombreux départs de millionnaires de l'Empire du Milieu (15.000 rien qu'en 2018, 10.000 en 2017 et 9.000 en 2015). En effet, alors que la France perd ses contribuables fortunés et voit sa population globalement s'appauvrir année après année, les Chinois s'enrichissent malgré le nombre important et croissant de départs de millionnaires.
    En somme, la Chine apparaît comme une fabrique de millionnaires alors que la population française semble de son côté inexorablement se paupériser, peu importe les tendances de l'économie mondiale.

    Au-delà de ce tableau, la France est absente du classement (top-20) des marchés de la richesse les plus performants et figure dans ceux des «marchés de la richesse les moins performants», tant pour la période 2017-2018 que 2008-2018. Avec respectivement —12% et —7% de croissance de sa richesse sur ces deux périodes, la France s'offre ainsi le luxe de côtoyer la Turquie, la Russie (sous sanctions occidentales depuis cinq ans), l'Ukraine ou encore le Venezuela.

    Plus embarrassant, si la France se targue de son système de redistribution des richesses- depuis les décennies que dure le débat du «matraquage fiscal» dans le pays-, on ne la retrouve pas non plus dans le classement des pays… les plus égalitaires.
    Survolé par le Japon —autre pays de l'OCDE ayant la main lourde sur les prélèvements obligatoires, bien que les recettes fiscales ne représentent «que» 30% de son PIB contrairement au 46,2% pour la France- on retrouve également dans ce classement le Danemark, la Suède ou encore l'Allemagne, des pays qui figurent également en bonne place dans le classement de l'OCDE pour leur fort ratio impôts/PIB. Un classement de l'organisation internationale où la France apparaît en bonne championne du monde.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Tags:
    millionnaires, migration, New World Wealth, OCDE, Emmanuel Macron, Canada, Australie, Chine, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik