Caricatures

Application StopCovid, une opération qui tourne au fiasco

Caricatures
URL courte
Par
1411710
S'abonner

Le dispositif numérique pour lutter contre la propagation du coronavirus a tout l’air d’un flop. Peu de signalements, peu de téléchargements et un nombre important de désinstallations viennent remettre en cause l’efficacité de l’application de traçage promue par le gouvernement. Bruno Marty s’amuse de ce démarrage plus que laborieux.

Application StopCovid, une opération qui tourne au fiasco

Des débuts pour le moins poussifs. Lancée le 2 juin, l’application StopCovid, qui permet à un utilisateur qui apprend sa contamination par le coronavirus de prévenir toutes les personnes avec qui il a été en contact rapproché pendant plus de 15 minutes, au cours des dernières semaines, n’a pas eu le succès escompté par le gouvernement.

L’outil, qui coûte 100.000 euros par mois à l’État, aurait été téléchargé «entre 2 et 2,5 millions de fois» –soit un peu plus de 3% des Français– selon Cédric O, secrétaire d’État au Numérique.

Des résultats décevants, malgré une légère hausse comparée à début juin, où les compteurs affichaient 1,9 million de téléchargements. Néanmoins, ces chiffres sont à mettre en perspective, puisqu’une personne peut l’avoir supprimée puis réinstallée. StopCovid a d’ailleurs été désinstallée 460.000 fois depuis sa mise en service.

«Je vous avoue que c’est un peu difficile de faire le bilan, c’est un peu tôt. […] Je pense qu’on ne sera pas mécontents si l’épidémie revient d’avoir cet outil dans la panoplie de réponses sanitaires», a concédé Cédric O sur CNews jeudi 30 juillet.

Lors d’un bilan dressé par le secrétaire d’État au numérique mi-juin, seuls 14 utilisateurs avaient reçu un message d’alerte les avertissant d’un contact avec une personne contaminée. En outre, 68 personnes avaient indiqué être positives au Covid-19 sur l’application. Un total bien maigre pour espérer endiguer l’épidémie, voire prévenir une éventuelle deuxième vague. C’est ce que confirme Martin Blachier, médecin épidémiologiste, pour qui l’efficacité du dispositif est «proche de 0».

«Les calculs montrent qu’il faut au moins que 20% de la population l’utilise pour que cela soit impactant», a-t-il détaillé sur TF1.

Cette caricature n’engage que la responsabilité du dessinateur.

Lire aussi:

Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Tags:
application, Covid-19, France, caricature
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook

Plus de caricatures