Ecoutez Radio Sputnik
    Culture

    La lettre de Darwin répudiant la Bible aux enchères

    Culture
    URL courte
    2433501417

    Une lettre de Charles Darwin affirmant ne croire ni en la "révélation divine", ni au fait que Jésus est le fils de Dieu, est estimée à quelque 90.000 dollars lors d'enchères qui vont se tenir à New York.

    En 1880, M. Darwin a reçu une lettre du juriste F. A. McDermott, dans laquelle ce dernier exprimait son plaisir extrême de lire les œuvres du naturaliste, ainsi que son espoir qu'il ne cesserait de croire au Nouveau Testament après cette lecture lumineuse. Le juriste a posé directement la question qui le souciait, à savoir si M. Darwin croyait au Nouveau Testament, et a demandé un "Oui" ou "Non" de la part du naturaliste.

    M. Darwin s'est borné d'une note assez courte et acerbe:

    Cher Monsieur,

    Je suis désolé de vous informer que je ne crois pas en la Bible comme une révélation divine, et ainsi, je ne crois pas non plus que Jésus soit le fils de Dieu.

    Sincères salutations,

    Ch. Darwin.

    135 ans plus tard, la lettre présente un grand intérêt pour le public, et sera vendue aux enchères de Bonhams à New York, le 21 septembre pour la bagatelle de 70.000-90.000 dollars, comme prévoient les organisateurs.

    Au-delà des œuvres qui suscitent des débats même de nos jours, Charles Darwin avait un goût particulier pour écrire de telles lettres, tant à ses défenseurs qu'à ses détracteurs.

    Sa lettre à M. McDermott, moins prolixe que d'autres, est unique en son genre, contenant les croyances de M. Darwin. Pour un collecteur, cette feuille de papier datant du XIXe siècle sera plus que précieuse, car elle est à l'origine de tout débat qui entoure ce naturaliste illustre, même post mortem.

    Lire aussi:

    Scientifiques nippons: lire le cerveau comme un livre ouvert
    Services secrets britanniques: simplifiez vos mots de passe!
    3,6 millions de dollars pour une partition de Wagner
    Tags:
    vente aux enchères, lettre, New York, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik