Ecoutez Radio Sputnik
    Les rivières pourpres de Dacca

    Des rivières de sang inondent la capitale du Bangladesh

    © AP Photo / Uncredited
    Culture
    URL courte
    56448
    S'abonner

    Chaque année, les rues de la capitale du Bangladesh se noient dans le sang des animaux sacrifiés lors de la fête musulmane de l'Aïd al-Adha.

    Le sang de plus de 100.000 animaux domestiques, mêlé aux crues suite aux pluies torrentielles, a provoqué immense inondation à Dacca, capitale de la République populaire du Bangladesh, lors de la fête religieuse islamique de la fin du Hajj (l'Aïd al-Adha, Grande fête en arabe).

    Dans l'islam, l'Aïd al-Adha constitue la deuxième fête la plus importante de l'année après la fin du jeûne du mois saint du ramadan (l'Aïd al-Fitr, Petite fête en arabe) et commémore la volonté du prophète Ibrahim (ou Abraham) de sacrifier son unique fils, Ismaël.

    ​L'abattage de vaches et de chèvres est effectué en hommage à Allah qui a sauvé la vie d'Ismaël, après la lecture des versets du Coran par l'imam. Ensuite, la viande est divisée entre tous les membres de la famille, les amis et les pauvres, tandis que le lard et les abats sont jetés aux ordures.

    La fête Aïd al-Adha en Russie
    © Sputnik . Pavel Lisitsyn
    Les autorités de la capitale bengalie ont été souvent critiquées pour l'absence de système d'égoûts. Des autorités qui, pour leur part, ont toujours demandé d'abattre les animaux dans des endroits spécialement réservés. Les habitants de Dacca, de leur côté, se plaignent d'un nombre insuffisant de sites dédiés aux sacrifices ainsi que de la pluie qui les a empêchés de s'y rendre.

    Certaines sociétés locales se sont déclarées prêtes à résoudre ce problème annuel.

    Lire aussi:

    La fête du sacrifice Aïd al-Adha en Russie
    Noël, une fête pour toutes les croyances
    Castes en Inde: la vérité sur les Intouchables
    Tags:
    sang, sacrifices, fête, islam, musulmans, Hajj 2016, Aïd al-Adha, Aïd al-Fitr (Uraza Baïram), Dacca, Bangladesh
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik