Ecoutez Radio Sputnik
    Duel opposant Alexandre Pouchkine et Georges d’Anthès

    Lors d'un duel, il y a 180 ans, le «soleil de la poésie russe» s'éteignait

    © Sputnik .
    Culture
    URL courte
    10224

    Le 8 février 1837, un duel opposait Alexandre Pouchkine, le plus grand des poètes russes, et Georges d’Anthès, noble français qui avait choisi la carrière militaire au service de la Russie, près de la rivière Tchernaïa (Noire), à la périphérie de Saint-Pétersbourg.

    Il y a 180 ans jour pour jour, Alexandre Pouchkine s'était battu en duel contre Georges d'Anthès. Le Français avait tiré le premier, blessant le poète au ventre. Tombé dans la neige, Pouchkine avait tiré lui aussi, mais la blessure de d'Anthès n'était qu'une égratignure, tandis que le poète est mort deux jours plus tard.

    Alexandre Pouchkine
    © Sputnik . Sverdlov
    Alexandre Pouchkine

    Ainsi, la main du gentilhomme alsacien, le baron Georges-Charles de Heeckeren d'Anthès a porté le coup fatal à Alexandre Pouchkine.

    On dit que les grands poètes ont parfois un mystérieux don de lucidité prophétique, un pouvoir visionnaire qui projette dans leurs esprits et dans leurs œuvres des images très nettes d'un avenir lointain. C'est ainsi qu'on trouve dans le poème de Pouchkine « Eugène Onéguine » le tableau du duel fatal que l'auteur avait pressenti et qui devait, onze ans plus tard, l'arracher à la vie, en pleine gloire littéraire.

    Le plus grand des poètes russes était, selon ses contemporains, un homme au caractère impétueux, et le prétexte de son duel contre Georges d'Anthès était la jeune épouse de Pouchkine, une femme dont toute la cour louait la beauté. Le poète avait reçu un jour une lettre de raillerie anonyme, « un brevet du titre de cocu », après quoi il a provoqué d'Anthès en duel.

    Les quelques témoins de la mort tragique de Pouchkine expliquaient le drame par la jalousie et l'orgueil meurtri du poète.

    Pour bien comprendre les motifs du duel de Pouchkine, il est indispensable de remonter à l'époque de son mariage quand il jouissait déjà de toute sa gloire poétique. Pouchkine était l'auteur renommé de tous ces délicieux poèmes que la Russie lettrée avait accueillis avec enthousiasme, mais dont l'esprit libéral lui avait valu la méfiance des milieux officiels. Bien plus encore, il était le chef reconnu de la jeune école poétique.

    Quoi qu'il en soit, il avait aussi des ennemis, et de très puissants. La bureaucratie, la censure, cette seconde police de l'Empire, lui étaient des plus hostiles. Mais surtout Pouchkine avait contre lui l'homme le plus redouté et le plus inflexible de son époque : l'empereur Nicolas Ier.

    Le mariage d'Alexandre Pouchkine, qui avait alors 32 ans, avec Natalia Gontcharova, qui en avait 18, a été célébré à Moscou le 18 février 1831. Très vite, à la cour, la gloire du poète était en quelque sorte éclipsée par les succès de sa femme et on se souvenait de Pouchkine en province bien plus que dans la capitale.

    Natalia Gontcharova
    © Sputnik .
    Natalia Gontcharova

    Débarqué à Saint-Pétersbourg, le jeune et brillant Français, le baron George d'Anthès, a été séduit par la beauté et le charme de Mme Pouchkine et s'est mis à lui faire une cour assidue. Quant à cette dernière, elle restait froide et réservée, et il semblait, selon les témoins, que, dans ce drame, elle ne devait jouer qu'un rôle banal et effacé. Point d'entraînement, point de grande passion, une simple intrigue mondaine, dont la société suivait les péripéties avec une curiosité plus ou moins bienveillante.

    Georges-Charles de Heeckeren d'Anthès
    © Sputnik . Aleksey Varfolomeev
    Georges-Charles de Heeckeren d'Anthès

    Pour ce qui est de Pouchkine, il restait seul et muet, plaint par les uns, ridiculisé par les autres, avec une grande mélancolie au fond de sa pensée. Et voilà qu'un jour il trouve dans son courrier une lettre anonyme. Cet ignoble papier distribué, à la même heure, parmi nombre de ses amis, avait fait le tour de la ville.

    La nature ardente du poète s'est révélée prompte à agir, et il a envoyé sur l'heure à George d'Anthès une provocation laconique, sans motif précis, mais très nette. D'Anthès était toutefois pour lui moins un rival qu'un intrus, symbole d'une certaine mentalité superficielle, dont Pouchkine avait tant souffert à Pétersbourg.

    Lors du duel près de la rivière Tchernaïa (Noire), à la périphérie de la capitale, Alexandre Pouchkine avait été frappé à mort. Il était blessé au ventre et est décédé après une terrible agonie de deux jours.

    Cette mort brutale a bouleversé la Russie qui avait reconnu en lui son « premier poète ». La précocité de sa disparition, mêlée au silence de la cour et à la culpabilité du tsar, impliqué dans les intrigues qui étaient à l'origine du duel, ont largement contribué au désarroi qui entourait la mort du jeune poète.

    Ainsi, le « soleil de la poésie russe », ce grand génie national, le créateur des œuvres poétiques de la beauté inégalée et de la perfection, s'est éteint.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La langue de Pouchkine a le vent en poupe en Amérique latine
    Quand le monde se met à chanter la paix dans la langue de Pouchkine…
    Pouchkine, créateur de la langue russe moderne
    Tags:
    décès, duel, poète, Natalia Gontcharova, Nicolas Ier, Georges d'Anthès, Alexandre Pouchkine, Saint-Pétersbourg, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik