Culture
URL courte
5111
S'abonner

Les étudiants de l'Institut des sciences humaines de l'Université fédérale de Sibérie ont numérisé la collection du département d'archéologie d'Europe de l'Est et de Sibérie du musée de l'Ermitage pour créer des applications de réalité augmentée, rapporte le service de presse de l'université.

Un groupe d'étudiants dirigé par Nikita Pikov, professeur de la chaire des technologies d'information dans les industries culturelles et créatives de l'Institut des sciences humaines de l'Université fédérale de Sibérie (SFU), a numérisé les artefacts par photogrammétrie.

«La photogrammétrie numérique est optimale pour transférer les objets en modèles 3D — elle ne nécessite pas d'équipements spécifiques, les logiciels capables de créer des modèles 3D à partir de photos sont automatisés et sont accessibles à tous. L'utilisation de la photogrammétrie numérique donne des résultats de bonne qualité: l'objectivité, la véracité et la haute précision des données», annonce le service de presse de l'université.

Ces numérisations apporteront un complément d'information aux différents projets d'exposition intermusées de l'Ermitage.

«Les participants ont élaboré une maquette du site qui abriterait une encyclopédie numérique de l'Ermitage et ont réalisé la photogrammétrie de la plaque de Nyrgynda», raconte Irina Terechkova, étudiante participant au projet de numérisation.


«Nos étudiants travaillent à l'Ermitage depuis plusieurs années», note le superviseur du projet de l'université à l'Ermitage, Nikita Pikov.
«La plaque de Nyrgynda est un artefact de bronze des cultures magiques des VI-XIIIe siècles représentant le tourbillon des âmes dans l'univers. Nous avons également réalisé des panoramas 3D et des vidéos des objets, nous avons participé au groupe test pour évaluer les objets les plus populaires qui seront numérisés ensuite pour l'application», ajoute-t-elle.


Le personnel de l'Ermitage tient en grande estime les connaissances des étudiants dans le domaine de l'informatique appliquée, leurs compétences professionnelles, les aptitudes et l'initiative, relève Iouri Piotrovski, directeur adjoint du département d'archéologie de l'Europe de l'Est et de la Sibérie de l'Ermitage.
«Ils numérisent les artefacts archéologiques, créent leurs copies numériques en 3D en y ajoutant du son et de la lumière. C'est ce qu'on appelle la réalité augmentée, grâce à laquelle il est possible de se familiariser avec des modèles 3D des objets exposés à distance», a-t-il expliqué.


Selon lui, les études conjointes dans le domaine de la réalité virtuelle permettent d'élargir les compétences du personnel du musée en matière de nouvelles technologies numériques, tandis que les étudiants se familiarisent avec le travail avec les objets exposés, l'espace et le personnel du musée.

Lire aussi:

La Chine alerte sur un possible krach des marchés occidentaux: «Il faut être très vigilant»
Moscou appelle à «ne pas jouer avec le feu» après l'adoption de nouvelles sanctions US
Passeport vaccinal: l’UE avance, la France n’y coupera pas
Tags:
Musée de l'Ermitage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook