Ecoutez Radio Sputnik
    Выставка Национальные сокровища России. К 50-летию выставки Алмазный фонд

    Ces pierres précieuses avec une histoire parsemée de sang et de mystères

    © Sputnik . Eugeny Odinokov
    Culture
    URL courte
    1120

    Crimes, meurtres ensanglantés et trahisons, ces trois maitres mots donnent des frissons dans le dos mais semblent être la réalité qui accompagne au fil de leur histoire bien des pierres précieuses, leur faisant une réputation aussi sinistre qu’attirante. Découvrez cinq histoires qui entourent ces bijoux uniques en leur genre.

    Même si la beauté de certains bijoux laisse de marbre non seulement les admirateurs occasionnels mais aussi les connaisseurs les plus expérimentés, peu nombreux sont ceux qui connaissent l'histoire mystérieuse, parfois ensanglantée et souvent impitoyable et criminelle de ces pierres. Nous vous proposons de découvrir ici cinq histoires de pierres mythiques au parfum de mystères et portant parfois des traces de sang et de drames humains…

    L'Orlov, ou le diamant du Tsar

    Parfois appelé le diamant Orlov, cette pierre porte le nom de Grigory Orlov, un comte russe fortement épris de l'impératrice russe Catherine II. Il lui a offert ce bijou en 1776 le jour de la Sainte Catherine. Selon une autre version, elle a acheté la pierre elle-même avec de l'argent du trésor, non sans avoir demandé à Orlov de mettre en scène un cadeau pour cacher ce détournement de fonds. En 1774, ce diamant de 189,62 carats est devenu la décoration du sceptre royal.

    Diamant Orlov
    © Sputnik . Eugeny Odinokov
    Damant Orlov

    La grande couronne impériale de l’Empire russe
    © Sputnik . Сергей Пятаков
    L'Orlov a une histoire fantastique et son origine est empreinte de mythologie. La pierre a été découverte en Inde, dans les mines de Golconde, au début du XVIIe siècle. Elle a d'abord appartenu aux Grands Mongols. Au milieu du siècle, le souverain de Perse, Nadir Shah, s'empara de Delhi et vola la pierre avec d'autres trésors. Ensuite, elle a été incrustée dans l'œil de la statue de la divinité Ranganatha, au sein d'un temple hindou, mais a été volée par un soldat français.

    Par amour pour son larcin, il s'est converti à l'hindouisme et a servi dans le sanctuaire jusqu'à ce qu'il conquière la confiance des brahmanes. Grâce à lui, la pierre arriva à Londres. Après être passé par de nombreuses mains, il a fini par parvenir au joaillier de la cour de Catherine, Ivan Lazarev, qui vendit la pierre destinée à l'impératrice.

    La sanglante saga du Koh-i-Noor

    Avant d'être exposé dans une cage de verre de la tour de Londres, où il resplendit actuellement sur la couronne de la défunte reine mère britannique, le Koh-i-Noor («Montagne de Lumière», en français) a assisté à la naissance puis à la chute de nombre d'empires du sous-continent indien. Il a vu ses propriétaires défiler au rythme des complots et des morts brutales.

    La couronne royale
    © AP Photo / Toby Melville
    La couronne royale

    Cette épopée «est une histoire d'une incroyable violence!», explique l'historien britannique William Dalrymple, cité par La Dépêche.

    Découvert il y a plus de 5000 ans dans les mines indiennes selon certaines rumeurs, l'origine exacte du Koh-i-Noor reste assez mystérieuse, précise le Huffington Post. Et il faut attendre les années 1520 pour que le diamant soit mentionné dans les textes comme propriété de Babur, fondateur de l'Empire moghol. Ensuite, la pierre est tour à tour léguée ou conquise par les différents hommes forts de la région, jusqu'en 1849, où les forces britanniques s'emparent de la région du Pendjab et en confisquent les biens, dont Koh-i-Noor.

    Chaque légende a son côté sombre et l'on pense que le Koh-i-Noor porte une malédiction, mais touchant uniquement les hommes qui le possèderaient. Nombre d'entre eux, même s'ils ont été un temps de puissants empereurs, rajas ou rois, ont fini par perdre leur trône ou ont fini assassiner.

    Présenté à la reine Victoria en 1851, le diamant, qui pèse alors 186 carats, est retaillé pour atteindre les 105 carats et orne depuis les couronnes des reines d'Angleterre, respectant ainsi la légende qui l'entoure: «porté par Dieu ou par une femme». Aujourd'hui, il fait partie de la Collection de la Reine Victoria et est exposé à la Tour de Londres.

    L'histoire du Régent, l'un des plus beaux diamants du monde

    Selon les rumeurs, un esclave l'a découvert près de Golconde en 1702, l'a caché dans un pansement à sa cheville avant de l'offrir à un matelot pour payer sa liberté. Le marin aurait tué l'esclave et s'est approprié le diamant brut de 410 carats qu'il a vendu 1000 livres sterling au gouverneur anglais de Madras, Thomas Pitt, accusé par ses ennemis de complicité morale avec le meurtrier.

    ​En réalité, cette pierre aurait été découverte en 1698 et son achat a été négocié par Pitt de 1700 à 1701 à un marchand indien. Pitt envoya son fils Robert à Londres en 1702 faire tailler le diamant par le joaillier Harris, qui mit deux ans pour faire ce travail. Robert Pitt le proposa alors à tous les souverains d'Europe, qui furent effrayés par son prix. Même Louis XIV n'a osé l'acquérir en 1714.

    Finalement, le bijou a été acheté à la demande du régent Philippe d'Orléans en 1717. Il a changé depuis beaucoup de propriétaires avant de regagner le Louvre où il est exposé depuis 1887.

    Comme l'indiquent les sources, le Régent surpassait en beauté et en poids tous les diamants jusqu'alors connus en Occident.

    Aujourd'hui encore, il est considéré comme le plus beau diamant du monde par sa pureté et la qualité de sa taille.

    La malédiction du diamant de l'Espoir, Hope

    Si l'on croit la légende, le fabuleux diamant de l'Espoir, Hope, qui ornait jadis une idole indienne, aurait été dérobé par un prêtre hindou. On raconte que le pauvre traitre aurait été torturé et mis à mort pour son crime. La pierre précieuse réapparue en Europe en 1642 dans les mains d'un contrebandier français, Jean-Baptiste Tavernier.

    Diamant Hope
    © AFP 2018 PAUL J. RICHARDS
    Diamant Hope

    Une autre légende veut que Jean-Baptiste Tavernier ait volé le diamant bleu de 115,16 carats sur une statue hindoue, où il servait d'œil. Après avoir découvert qu'il n'était plus là, les prêtres ont jeté une malédiction sur quiconque était en possession de la gemme, ce qui a inclus une bonne quantité de personnes au fil des années. Tout ceci est à prendre avec précaution, car cela n'a jamais été prouvé.

    La liste des «victimes» de cette pierre s'avérerait être longue, incluant des personnalités telles que Louis XIV, mort de gangrène avec tous ses enfants légitimes décédés en bas âge, sauf un (bien que ce n'était pas nécessairement atypique à cette époque), Nicolas Fouquet, qui travaillait pour Louis XIV, tombé en disgrâce auprès du roi et banni de France; Louis XVI et Marie-Antoinette dont la triste histoire est connue dans le monde entier, etc.

    Après avoir été le Bleu de la Couronne de France, le diamant a été monté sur l'insigne de la Toison d'Or pour Louis XV. Il a disparu durant les troubles de 1792. Son voleur s'est enfui en Angleterre avec son butin. Toutes les pierres avaient été désincrustées pour être revendues.

    Après avoir changé de propriétaires, dont le riche banquier du même nom, Henry Philip Hope, c'est finalement la maison Cartier qui a acheté le diamant bleu. Sa nouvelle monture a immédiatement séduit Evalyn Walsh Maclean, qui en devient donc propriétaire en 1911.
    A la mort d'Evalyn, ses dettes sont immenses. Sa famille est alors forcée de vendre sa collection de bijoux, qu'Harry Winston, un célèbre joailler new-yorkais, achète toute entière en 1949. C'est donc à lui que revient le diamant bleu. Le diamant sera affiché au cou de nombreux mannequins à travers le pays.

    Très patriote, il décide d'en faire don, mais contre réduction d'impôts, au National Museum of Natural History à Washington, en 1958. Expédié au musée par la poste, cette indélicatesse en a fait frissonner plus d'un. Mais le diamant est désormais en lieux sûrs et est admiré par des millions de visiteurs. C'est la deuxième œuvre d'art la plus visitée au monde, après la Joconde.

    Sancy, histoire d'un diamant maudit

    Le Sancy, un diamant jaune pâle de 55,23 carats (11,046 g), aurait autrefois appartenu aux Moghols, mais il est plus probablement d'origine indienne en raison de sa taille, qui est inhabituelle par rapport aux normes occidentales.

    Diamant Sancy
    © AFP 2018 FABRICE COFFRINI
    Diamant Sancy

    L'histoire connue du Sancy a commencé vers 1570. Plusieurs sources affirment qu'il appartenait à Charles le Téméraire, le duc de Bourgogne.

    Après la mort de Charles, en 1495, la pierre est revenue à son cousin, le roi Manuel Ier du Portugal. Lorsque le Portugal a été menacé d'être placé sous domination espagnole, le demandeur D. António, surnommé le Prieur de Crato, a fui le pays avec une bonne partie des joyaux de la couronne portugaise. Il a alors passé sa vie à tenter de rallier des alliés pour regagner le trône portugais dans les cours françaises et anglaises, et a ensuite vendu le diamant à Nicolas de Harlay, le seigneur de Sancy.

    D'autres sources affirment que le diamant a été acheté à Constantinople par de Sancy. Il était populaire à la Cour de France et fut plus tard ambassadeur de France en Turquie.

    Henri III de France souffrait de calvitie prématurée, il a essayé de dissimuler ce fait en portant une casquette. Comme les diamants devenaient de plus en plus à la mode à l'époque, Henry s'arrangea pour emprunter le diamant de Sancy pour décorer sa casquette. Henri IV a également emprunté la pierre, dans le but plus pratique de l'utiliser comme garantie pour financer une armée.

    un diamant
    © Photo. Donald Bowers/Getty Images for Sotheby's
    De Sancy a plus tard vendu le diamant à James I (successeur de la reine Elizabeth) vers 1605, date à laquelle on pense que le Sancy a acquis son nom. Il a été décrit dans l'Inventaire des Joyaux de la Tour de Londres de 1605 comme «un fayre dyamonde, coupé en facettes et acheté par Sancy».

    Le Sancy est resté en Angleterre jusqu'en 1669, où il a été brièvement possédé par l'infortuné Charles Ier (roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande) et ensuite par son troisième fils James II. Attentif après une défaite dévastatrice, James se réfugia chez Louis XIV, un hôte hostile qui se lassa de son hôte exilé. Face à la misère, James n'a eu d'autre choix que de vendre le Sancy au cardinal Mazarin pour la somme de 25.000£. Le cardinal a légué le diamant au roi.

    Le Sancy était ainsi domicilié en France mais a disparu pendant la Révolution française. En plus du Sancy, les autres trésors volés étaient le diamant Régent et le diamant bleu de la Couronne, connu aujourd'hui sous le nom de diamant Hope.

    L'histoire du Sancy est floue jusqu'en 1828, lorsqu'il a été acheté par le prince Demidof pour £ 80,000. Il est resté dans la collection de la famille Demidov jusqu'en 1865, lorsqu'il a été vendu à Sir Jamsetjee Jeejeebhoy, un prince indien, pour £ 100.000. Il l'a vendu seulement un an plus tard, créant un autre trou dans son histoire. Il réapparut en 1867, exposé à l'Exposition de Paris, portant une étiquette de prix d'un million de francs; la gemme a ensuite disparu à nouveau pendant quarante ans.

    Le Sancy a refait surface en 1906, lorsqu'il a été acheté par William Waldorf Astor, 1er vicomte Astor. La fameuse famille Astor le posséda pendant 72 ans, jusqu'à ce que le 4e vicomte Astor le vende au Louvre pour 1 million de dollars en 1978. Le Sancy repose maintenant dans la galerie Apollo, partageant l'attention avec le Régent et l'Hortensia.

    Lire aussi:

    Les «meilleurs amis des femmes»: six diamants rarissimes et éblouissants
    Le plus gros diamant jamais taillé en Russie sera mis aux enchères
    Deux diamants rarissimes retrouvés en Iakoutie
    Tags:
    pierres précieuses, diamants, histoire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik