Ecoutez Radio Sputnik
    Sarcophage égyptien

    Un sarcophage égyptien vide ne s'avère pas si vide que ça

    CC BY 2.0 / Justin Ennis
    Culture
    URL courte
    8365

    Un sarcophage égyptien considéré comme vide a réservé une surprise à des chercheurs de l'Université de Sydney où il est conservé depuis 1860.

    Acquis il y a plus de 150 ans par l'Université de Sydney, un imposant sarcophage égyptien n'avait jamais été ne serait-ce qu'entrouvert par les chercheurs qui ont, semble-t-il, toujours hésité le faire.

    En réalité, les scientifiques ont toujours considéré l'objet comme vide. L'année dernière, ils ont enfin décidé de faire glisser le couvercle du sarcophage et y ont découvert des restes humains appartenant de toute évidence à une grande prêtresse égyptienne.

    La momie «hurlante» d’un prince coupable de traitrise exposée au Caire
    © Photo. Press Service of the Ministry of Antiquities of Egypt
    Selon l'inscription qui couvre le sarcophage, il s'agit d'une certaine Mer-Neith-it-es, qui aurait vécu vers 600 avant J.-C, pendant la dernière période de la Basse époque.

    «Les hiéroglyphes nous disent que Mer-Neith-it-es a servi dans le temple de Sekhmet, déesse à tête de lion», précise Jamie Fraser de l'Université de Sydney cité par Reuters.

    Le sarcophage en question a été sorti d'Égypte en 1860 par le fondateur de l'Australian museum de Sydney. Saccagé par des pilleurs de tombe, il ne contenait en effet qu'environ 10% des restes de la prêtresse. Pourtant, la découverte pourrait faire la lumière sur des aspects ignorés de l'histoire de l'Égypte antique, affirment les chercheurs.

    Lire aussi:

    Des archéologues découvrent une ancienne nécropole avec un message «de l'autre monde»
    Australie: des terroristes projetaient une attaque au gaz toxique dans un avion
    Près de 30 statues d'une terrible déesse égyptienne mises à jour à Louxor
    Tags:
    découverte, momie, sarcophage, Université de Sydney, Australie, Egypte antique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik