Culture
URL courte
3120
S'abonner

Lors d’un concert à Moscou, le chanteur espagnol s’est livré à des réflexions sur son identité nationale, qui s’est avérée un peu plus complexe qu’on ne le croyait.

On l'a toujours cru Espagnol, mais finalement tout s'est avéré un peu plus complexe. Se produisant en concert hier soir à Moscou, Enrique Iglesias est passé aux aveux en faisant part avec le public de ses sentiments nationaux.

«À 25% je suis Espagnol, à 25% originaire de Miami et à 50% je suis Russe», a-t-il déclaré. Et pour expliquer ses propos la star du pop a rappelé que sa femme, l'ancienne joueuse de tennis Anna Kournikova, était Russe.

À la fin de l'année dernière, l'épouse du chanteur, basée comme lui à Miami, a mis au monde des jumeaux. La fille a été baptisée Lucy et le garçon prénommé Nicho­las.

Lire aussi:

Israël fait face au rythme le plus élevé de roquettes jamais tirées vers son territoire, selon l'armée
Pour BHL, «la France doit se tenir aux côtés d’Israël» dans le conflit entre celui-ci et le Hamas
En continu: Gaza annonce avoir subi l'attaque la plus meurtrière depuis la reprise du conflit
Un gendarme blessé à la tête par un projectile lors de la manifestation pro-Palestine à Paris – vidéo
Tags:
nationalité, Anna Kournikova, Enrique Iglesias, Espagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook