Ecoutez Radio Sputnik
    Famous Refugees

    Des «commentaires racistes et xénophobes» d’Einstein rendus publics

    © AP Photo /
    Culture
    URL courte
    782067

    Les carnets de voyage qu’Albert Einstein a rédigés entre octobre 1922 et mars 1923 sont empreints de préjugés envers des personnes rencontrées lors de son séjour de cinq mois et demi en Chine, à Singapour, Hong Kong et au Japon.

    En mai dernier, la Princeton University Press a publié des carnets de voyage du physicien Albert Einstein dans lesquels il fait le récit de son séjour dans plusieurs pays d'Asie au début des années 1920. Le contenu de ces carnets a révélé les attitudes racistes du scientifique envers des personnes qu'il a rencontrées à cette occasion, en particulier des Chinois, comme le rapporte The Guardian.

    «Les Chinois sont des personnes industrieuses, sales et obtuses. Ils ne s'assoient pas sur les bancs pour manger, ils s'accroupissent comme les Européens qui se soulagent dans les bois. Tout ça se passe dans le silence et la pudeur. Même les enfants sont sans âmes et obtus», écrit le scientifique.

    «Il serait dommage que ces Chinois supplantent toutes les autres races. Pour les gens comme nous, cette seule pensée est indiciblement triste», poursuit-il.

    Le scientifique est également connu avoir dit en 1946 que «le racisme est une maladie de l'homme Blanc».

    Ze'ev Rosenkranz, rédacteur en chef et directeur adjoint du projet Einstein Papers à l'Institut technologique de Californie, a déclaré qu'il «pense que beaucoup de commentaires nous semblent assez désagréables, en particulier, ce qu'il dit des Chinois».

    «Les commentaires racistes et xénophobes dans ses récits sont à l'opposé de son image d'icône humaniste. C'est un choc de lire ses pensées et de les comparer à ses déclarations publiques. Il ne s'attendait pas à ce qu'on les publie ».

    Lire aussi:

    Censure ou la démocratie en marche dans la France d’aujourd’hui
    Fake imprudent: Ivanka Trump moquée pour une fausse citation d’Einstein
    Après les «hackers russes», une «pression politique dissimulée» de Pékin?
    Tags:
    voyageur, xénophobie, racisme, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik