Ecoutez Radio Sputnik
    Charles de Gaulle

    «Pèlerinage Tambov», l’association qui redonne un nom aux «malgré-nous»

    © Sputnik . Vassili Malychev
    Culture
    URL courte
    Oxana Bobrovitch
    4150

    Les descendants des «malgré-nous», soldats alsaciens et mosellans enrôlés de force dans l’armée nazie, veulent retrouver la trace de leurs ancêtres envoyés sur le front de l’Est. Ils sont soutenus par l’association «Pèlerinage Tambov». La fille d’un soldat français qui repose en terre russe raconte à Sputnik.

    Les «malgré-nous», «un incroyable viol de la conscience alsacienne», s'insurge Eugène Philipps.

    Ce sociolinguiste alsacien a été enrôlé de force suite à la décision du Gauleiter Robert Wagner d'introduire le service militaire obligatoire en Alsace durant la Seconde guerre mondiale. «C'était à la fois une agression politique —les Alsaciens étaient toujours de nationalité française- et une agression au niveau de l'humain. Cette décision faisait fi du sentiment des Alsaciens qui, dans leur immense majorité, étaient antinazis et antiallemands», affirme Eugène Philipps, l'auteur d'«Une tragédie pour l'Alsace», dans une interview.

    Ils étaient presque 130.000 jeunes Alsaciens et Mosellans «malgré-nous», enrôlés dans les rangs de l'armée allemande, quand, à l'été 1943, le Comité de libération nationale dirigé par de Gaulle, exhorte ses compatriotes à franchir la ligne de front et à se rendre à l'Armée rouge. Plus de 100.000 «malgré-nous» ont répondu à l'appel du général. Nombre d'entre eux se sont retrouvés dans le camp de prisonniers de guerre n°188 à la station de Rada, près de Tambov, à 500 km de Moscou. Le camp, conçu pour 10.000 personnes, en a contenu jusqu'à 15.000. L'afflux de prisonniers au début de 1943 a été particulièrement intense, ce qui a causé un pic de mortalité.

    Marlène Dietrich, présidente de l’association Malgré-nous
    Sputnik. Oxana Bobrovitch
    Marlène Dietrich, présidente de l’association "Malgré-nous"

    En juillet 1944, 1.500 Français sont libérés et envoyés en Afrique du Nord, où ils rejoignent l'armée du général de Gaulle. Mais des milliers de prisonniers sont restés dans le camp. Ils reposent désormais dans des fosses communes, sur lesquelles la forêt a depuis repris ses droits. Peu de temps après la guerre, un monument aux prisonniers de Tambov est érigé en Moselle et au début des années 1980, l'ouvrage volumineux «La Tragédie des malgré-nous» est publié en France par l'historien Pierre Rigoulot. D'après son estimation, un peu plus de 80.000 personnes originaires des provinces françaises annexées sont revenues, de 5 à 10.000 Français sont morts dans le camp près de Tambov, environ 25.000 dans les rangs de l'armée allemande et 18.000 «malgré-nous» sont portés disparus.

    Ces ombres du passé hantaient les anciens «malgré-nous» et leurs enfants. En 1994, Charles Gantzer, ancien détenu du camp de Tambov revint sur les lieux de sa captivité… en camping-car. «La découverte de l'enclave forestière, […] l'absence du moindre signe de référence sur les lieux de martyre où tant de nôtres disparurent pitoyablement fut pour Charles Gantzer humainement insupportable», écrit à son retour Alphonse Hueber de Richwillier, l'ancien président des anciens combattants et de l'Association Pèlerinage Tambov Alsace-Moselle. «C'est comme ça que l'association a été créée en 1995 par d'anciens prisonniers de Tambov qui sont rentrés dans leurs foyers, mais qui ne voulaient pas oublier leurs camarades, restés en Russie», raconte à Sputnik Marlène Dietrich, l'actuelle présidente de l'association.

    «Mon père est resté en Russie. J'avais six mois quand il est parti. Mes parents étaient à peine mariés, j'ai été fille unique. Il n'est pas revenu, je ne l'ai pas connu», dit Marlène Dietrich.

    Depuis, tous les deux ans, «les anciens» vont à Tambov, où ils sont «reçus sur place d'une façon exceptionnelle, comme si on faisait partie de la famille». Sur place, différents organismes officiels et des particuliers se sont mobilisés: à la mairie, à l'école, à l'université. Au début, il a eu deux accords bilatéraux —entre la France et la Russie et entre la France et l'Allemagne- l'Allemagne payant une partie et la France une autre. Mais, à un moment donné, il a fallu reprendre l'initiative et ce «jumelage dans l'histoire» est devenu une vraie collaboration entre les sociétés civiles. C'est ainsi qu'on a vu croître la participation des jeunes: «Nous avons toujours envoyé un groupe de jeunes Français qui déblayaient et débarrassaient le terrain. Ils le font avec les jeunes Russes qui les accompagnent pour entretenir ce cimetière», détaille la présidente de l'association.
    Parallèlement, le travail de recherche dans les archives s'est poursuivi.

    «En 2010, grâce à l'historien Valeri Tcherkezov, on a découvert le cimetière n°7. Et c'est là que j'ai découvert la fosse commune où repose mon père. Auparavant, c'étaient des monticules de terre, au bout de quelques années la forêt a tout envahi, ça me travaillait. J'ai dit: nos parents ont aussi droit à une sépulture correcte. L'année dernière, on a pris les choses en main.»

    La décision a été prise rapidement, une fois les devis faits et la réflexion sur le financement bouclée avec les 160 membres de l'association «Pèlerinage Tambov». C'était possible! Le 25 août dernier, l'association «Pèlerinage Tambov» inaugurait un nouveau complexe commémoratif au-dessus des fosses communes de prisonniers de guerre décédés au camp.

    «C'est comme cela qu'on a aménagé ce cimetière n°7, avec 55 fosses communes et la rotonde des cérémonies. Le 25 août de cette année, à la date anniversaire où nos parents ont étés incorporés de force, on a inauguré ce cimetière», ajoute Marlène Dietrich.

    On estime que plus de 2.000 personnes sont inhumées au cimetière n°7. Certains sont répertoriés, d'autres pas. Grace à l'historien Valeri Tcherkezov, les Alsaciens et Mosellans continuent à retrouver les lieux du dernier repos de leurs ancêtres. Les historiens russes travaillent en collaboration avec les archives de Waldowisheim et la division des archives des victimes des conflits contemporains à Caen.

    Lire aussi:

    Commémoration du 73e anniversaire de la Victoire au Cimetière soviétique
    Les Mossouliotes ont dû inhumer leurs morts dans un cimetière juif profané
    Les archives de Vichy: ce qu’elles apportent
    Tags:
    malgré-nous, guerre mondiale, histoire, guerre, Seconde Guerre mondiale, Association Pèlerinage Tambov Alsace-Moselle, Marlène Dietrich, Moselle, Tambov, Lorraine, Alsace, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik