Culture
URL courte
Par
Eurovision 2021 (12)
81820
S'abonner

Le groupe italien Maneskin est accusé d’avoir plagié son titre «Zitti e Buoni» présenté à l’Eurovision. Une nouvelle controverse pour le groupe, dont le chanteur avait déjà été soupçonné de consommation de drogue.

À peine digéré leur sacre à l’Eurovision, les Italiens du groupe Maneskin enchaînent les polémiques. Blanchis d’une accusation de prise de drogues, les rockers sont aujourd’hui soupçonnés de plagiat.

Joris Lissens, membre du groupe néerlandais The Vendettas a en effet affirmé à RTL 4 que le single «Zitti e Buoni», présenté au concours européen, était en réalité une copie de son morceau «You want it, you’ve got it», enregistré en 1994.

«Cela ressemble à s'y méprendre à notre morceau […]. Avec les autres membres du groupe, nous avons immédiatement créé un groupe sur une application et on l'a appelé "El Plagio"», a ironisé le musicien au micro de la chaîne néerlandaise.

Joris Lissens s’est cependant refusé à parler de plagiat volontaire, soulignant que les vainqueurs de l’Eurovision n’étaient pas nés à l’époque où The Vendettas rencontrait le succès. Il s’est encore amusé de la petite phrase lâchée par les Italiens lors de leur sacre: «Le rock and roll ne meurt jamais».

Lors de leur victoire au festival de Sanremo quelques mois plus tôt, les Italiens de Maneskin avaient déjà fait l’objet d’une critique semblable. Des similitudes avaient été pointées entre leur morceau et la chanson «F.D.T» du groupe Anthony Laszlo. Le producteur de ce duo italien avait posté une comparaison des morceaux sur les réseaux sociaux.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par DADE (@dade___77)

Usine à polémiques

Depuis quelques années, chaque édition de l’Eurovision accouche de son lot de polémiques. La victoire de la drag-queen Conchita Wurst en 2014 avait notamment suscité de nombreuses réactions. En 2017, la prestation de Madonna à Tel Aviv avait aussi soulevé les critiques, un de ses danseurs arborant un drapeau palestinien dans le dos, alors que le concours se veut strictement apolitique.

Cette année, le concours s’est tenu à Rotterdam, ville qui aurait dû accueillir l’édition 2020, annulée pour cause de pandémie. Au rayon des controverses: la Biélorussie a été disqualifiée pour une chanson jugée trop politique, l’artiste chypriote a reçu des menaces pour un titre perçu comme sataniste et le chanteur de Maneskin a donc été soupçonné de prendre de la cocaïne en pleine cérémonie.

Ce dernier soufflet est cependant vite retombé, le chanteur italien acceptant de se soumettre à un dépistage. Celui-ci s’est finalement révélé négatif et l’organisateur a déclaré que la question était close.

Au palmarès, les Italiens succèdent au Néerlandais Duncan Laurence. La France, arrivée deuxième, se consolera en songeant qu’elle n’aura pas à organiser l’événement, considéré comme un gouffre financier par certains.

Dossier:
Eurovision 2021 (12)

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Tags:
drogue, musique, rock'n'roll, plagiat, Eurovision
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook