Ecoutez Radio Sputnik
    Le navire suédois

    Pour contrer la «menace russe», la Suède s'arme... dans ses musées!

    © AFP 2018 TT NEWS AGENCY / PONTUS LUNDAHL
    Défense
    URL courte
    La Main du Kremlin
    61981

    Les Suédois ont une peur bleue de la Russie. Ils craignent tellement les sous-marins russes fantômes qu’ils utilisent même leurs pièces de musée pour se défendre.

    La Suède envisage de renforcer ses positions en mer Baltique en remettant en service son système côtier de défense antinavire datant de l'époque de la guerre froide, informe le journal britannique The Times.

    Les autorités suédoises entendent déployer sur l'île de Gotland les systèmes Kustrobotbatteri 90 conçus pour lancer des missiles antinavires RBS-15. En 1987, le pays prévoyait de créer quatre batteries équipées de ces systèmes. Finalement, seule une batterie a été installée, laquelle a été mise hors service en 2000.

    Pour restaurer la défense côtière sur Gotland, l'armée suédoise a retiré du musée militaire des camions Scania, qui sont des plateformes utilisées pour lancer des missiles antinavires.

    « Nous avons longuement réfléchi à la question des plateformes permettant de lancer les missiles antinavire. Nous avons découvert qu'il nous restait encore plusieurs camions. Nous avons pris des composants de bateaux équipés de lance-missiles et de navires qui avaient le même système de missiles », a expliqué l'amiral suédois Thomas Engevala.

    Selon l'analyste de l'Agence suédoise des recherches de la défense Mike Vinnerstig, la Suède renforce ses positions à Gotland pour « contenir » la Russie.

    « En déployant ces armes sur Gotland, vous pouvez contrôler une vaste zone de la mer Baltique », — explique M. Vinnerstig.

    L'armée suédoise a abandonné Gotland en 2005, lorsque la dernière base militaire a été fermée. Aujourd'hui, les autorités du pays envisagent de restaurer la présence militaire sur cette île.

    Il est prévu qu'à l'été 2017 l'île abrite deux unités suédoises. Une unité mécanisée (168 militaires et 15 pièces) et une unité de chars (120 militaires et dix véhicules blindés).

    De leur côté, les députés britanniques ne souhaitent pas faire appel à des pièces exposées dans les musées, craignant que leur flotte ne se transforme en un musée flottant. Ainsi, le président de la commission parlementaire britannique, Julian Lewis, a déclaré que le ministère britannique de la Défense laisserait le pays avec moins de 19 frégates et destroyers, ce qui, selon lui, « est un total pathétiquement faible ».

    Pendant ce temps, les voisins baltes de Stockholm ne cessent de ponctionner le contribuable, justifiant ce fait par l'imminence d'une agression venant du voisin russe.

    Ainsi, l'Estonie prévoit de construire une clôture de 2,5 mètres de haut et d'une longueur de 100 kilomètres le long de sa frontière avec la Russie. Une telle disposition est présente dans le décret gouvernemental qui régit l'aménagement de la partie estonienne de la frontière terrestre de l'Union européenne.

    Le 2 mars, Riga a également annoncé qu'elle envisageait de protéger ses citoyens de la menace russe en érigeant une clôture barbelée d'une longueur totale de 92 kilomètres.

    Il semble que les pays baltes suivent l'exemple de l'Ukraine, qui a déjà construit une clôture le long de sa frontière avec la Russie. On peine à croire qu'au XXIe siècle, ces chétives clôtures métalliques constituent un moyen de défense efficace. Qui plus est, contre une menace que l'on croit réelle…

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».


    Lire aussi:

    La Russie prendra des mesures si la Suède intègre l'Otan
    Des missiles américains Patriot en Suède
    La Russie a simulé une attaque nucléaire contre la Suède, selon l'OTAN
    Suède: levée de boucliers contre les exercices de l'Otan
    Tags:
    La Faute Aux Russes, La Main du Kremlin, menace russe, musée, armée, armements, île de Gotland, Suède, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik