Ecoutez Radio Sputnik
    UR-77 lors des exercices militaires

    Le «Météorite» russe a provoqué une explosion puissante en Syrie (vidéo)

    © Sputnik. Vitaliy Ankov
    Défense
    URL courte
    10902

    Le système de déminage UR-77 «Météorite» a été filmé lors d’une opération près de Deir ez-Zor. Les capacités de cet armement sont spectaculaires.

    Le système de déminage élaboré par l'URSS UR-77 «Météorite», aussi surnommé «Zmeï Gorynytch» (en l'honneur d'une créature de la mythologie slave) a été employé lors des combats dans la province syrienne de Deir ez-Zor.

    Sur la vidéo on peut voir le système «Météorite» en train de déminer le terrain afin de créer un passage à travers l'Euphrate vers l'île de Kataa. Il est difficile de déceler l'installation, cachée derrière la verdure.

    La vidéo présente le moment de l'amorçage du propulseur à réaction lançant un obus vers l'ennemi. Quelques secondes plus tard une explosion, provoquant une puissante onde de choc et un nuage en forme de champignon, se produit.

    La masse de l'explosif de telles installations peut atteindre 700 kilogrammes. D'où un tel effet pyrotechnique.

    C'est la première fois que l'utilisation des systèmes UR-77 a été détectée dans cette région. Auparavant, ces systèmes avaient été utilisés principalement près de Damas afin d'éradiquer les positions retranchées des terroristes. Lors de l'opération près de l'Euphrate c'est sa capacité de creuser des passages qui s'était avérée utile.

    Il a y quarante ans que les «Météorites» créés sur la base du système soviétique 2S1 «Gvozdika» ont été mis en service. Depuis cette date, ils ont été employés dans plusieurs conflits armés. En Syrie, le «Météorite» est utilisé depuis 2014.

    Lire aussi:

    Un véhicule de déminage russe UR-77 en action en Syrie (vidéo)
    Un météore observé vendredi en France intrigue les internautes
    L’extinction des dinosaures provoquée par… le pétrole?
    Tags:
    déminage, combat, UR-77, Deir ez-Zor, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik