Ecoutez Radio Sputnik
    Un tir nocturne de missiles S-400 Triumph sur un polygone russe

    Le «bras long» du Triumph: de quoi le nouveau S-400 est capable

    © Sputnik . Ruslan Krivobok
    Défense
    URL courte
    11950

    Le nouveau missile du système sol-air S-400 Triumph dont la conception a été confirmée par le ministère russe de la Défense, pourrait abattre les avions-radars, les avions-espions et même détruire des cibles dans l’espace.

    Le système sol-air russe à moyenne et longue portée S-400 Triumph verra son potentiel s’accroître après la mise en service d’un nouveau missile, qui a déjà passé des tests au polygone russe de Kapoustine Iar, dans la région d’Astrakhan, a annoncé la chaîne de télévision russe Zvezda.

    «Le missile 40N6E est un "bras long" nécessaire pour lutter contre les avions-radars de type AWACS, les avions-espions RC-35 et les systèmes de reconnaissance comme l’E-8 Joint STARS américain», a noté Viktor Mourakhovski, membre du conseil d’experts de la Commission militaro-industrielle russe et rédacteur en chef de la revue Arsenal de la Patrie, cité par la chaîne.

    Les performances du nouveau missile 40N6E dont la conception a été confirmée par le ministère de la Défense, n’ont pas encore été dévoilées, mais les données déjà disponibles permettent de supposer que le missile serait capable d’abattre les cibles aérodynamiques (avions stratégiques et tactiques, missiles balistiques et autres cibles volantes, y compris hypersoniques) à une distance de 400 km et à 185 km d’altitude. Selon d’autres données, sa portée serait encore plus grande, respectivement 600 km et 250 km.

    D’après des experts occidentaux, le S-400, ainsi que les systèmes de missiles tactiques Iskander et les systèmes de défense côtière Bastion jouent un rôle important dans la réalisation d’un concept d’interdiction de zone et de déni d’accès (A2/AD pour Anti-Access/Area Denial). L’A2/AD est destiné à empêcher les troupes de l’Otan de pénétrer ou de traverser un secteur protégé par les systèmes sol-air et antinavires russes au risque de subir un préjudice inacceptable.

    Plusieurs experts de la défense antiaérienne et spatiale estiment que le nouveau missile Triumph permettra à l’armée russe de résister même à une attaque venant de l’espace. Le Pentagone a déjà exprimé son inquiétude: ses satellites, qui seraient au nombre de 400, seraient en danger. Le chef du commandement stratégique (STRATCOM) des États-Unis John Hyten en a récemment parlé devant les membres du comité pour les affaires militaires de la Chambre des représentants. Selon le général, les Forces armées américaines risquent de perdre la possibilité d’utiliser leurs armes de haute précision puisque leurs satellites militaires, qui s’occupent surtout des missions de reconnaissance, retransmettent aussi des données et corrigent le feu des forces terrestres.

    Lire aussi:

    De nouveaux missiles pour les S-400 capables de détruire les cibles dans l’espace
    Les systèmes sol-air russes S-400 en action en Sibérie
    Des S-400 déployés sur les rives de la Volga
    Tags:
    satellites militaires, avion de reconnaissance, missiles à moyenne portée (MMP), missiles à longue portée, Northrop Grumman E-8 Joint STARS, A2/AD (Anti-Access/Area Denial), missile 40N6E, S-400, ministère russe de la Défense, Pentagone, Viktor Mourakhovski, John Hyten, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik