Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires allemands (image d'illustration)

    Washington s’adresse au gouvernement allemand pour remplacer une partie des troupes américaines en Syrie

    © AP Photo / Mindaugas Kulbis
    Défense
    URL courte
    22638
    S'abonner

    Washington veut que les militaires allemands remplacent une partie des troupes américaines en Syrie, a déclaré au Welt am Sonntag le représentant spécial des États-Unis pour la Syrie. Actuellement, Berlin participe déjà à la coalition anti-Daech* dirigée par Washington avec ses avions Tornado.

    Le représentant spécial des États-Unis pour la Syrie James Jeffrey s’est adressé au gouvernement allemand en lui demandant de soutenir les Forces démocratiques syriennes luttant contre Daech*, informe le journal allemand Welt am Sonntag.

    «Nous voulons que les troupes allemandes remplacent une partie de nos soldats», a-t-il déclaré.

    Selon le journal, le responsable américain attend la réponse du gouvernement allemand d’ici fin juillet.

    Le 19 décembre 2018, Donald Trump a annoncé le départ le plus rapidement possible des militaires américains de Syrie, martelant que les États-Unis ne joueraient plus le rôle de «gendarme du Moyen-Orient».

    En mars dernier, le locataire de la Maison-Blanche a toutefois déclaré qu’environ 400 militaires américains resteraient en Syrie.

    Washington demande également un soutien à ses alliés de la coalition anti-Daech*, dont l’Allemagne fait partie. Le 5 juillet, James Jeffrey s’était déjà rendu à Berlin pour discuter de ce sujet avec les autorités du pays.

    Pour le moment, la Bundeswehr participe aux activités de la coalition avec ses avions Tornado qui fournissent des renseignements à ses alliés. Cette mission doit prendre fin le 31 octobre 2019. Début juin, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a estimé, durant sa visite en Jordanie où sont maintenus les avions allemands, que la prolongation du mandat était possible.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    James Jeffrey, États-Unis, Allemagne, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik