Défense
URL courte
Par
6728
S'abonner

Le conseiller à la Sécurité nationale de Trump promet de faire équiper tous les destroyers de classe Arleigh Burke de missiles hypersoniques, indique Defense News. Cela permettra de «maintenir des cibles en danger à de grandes distances».

L’US Navy prévoit d'installer des missiles hypersoniques sur tous les destroyers de classe Arleigh Burke, rapporte le journal Defense News, citant Robert O'Brien, conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump.

Intervenu mercredi 21 octobre au chantier naval de Portsmouth (Maine), il a indiqué que des missiles hypersoniques seront d'abord installés sur le sous-marin d'attaque de classe Virginia, puis sur les nouveaux destroyers de classe Zumwalt, et enfin sur les trois versions de destroyers de classe Arleigh Burke.

«Le programme conventionnel de frappe rapide de la marine fournira une capacité de missile hypersonique pour maintenir des cibles en danger à de grandes distances», a-t-il déclaré.

Des idées à réaliser

Comme l'explique le média, c’est d'une importance décisive pour l’US Navy, car l'augmentation de la puissance de combat et la portée des destructions résolvent «le problème de maintenir la Chine à bout de bras dans la région Asie-Pacifique».

Cependant, pour Robert O'Brien, la conception actuelle des missiles hypersoniques de l'US Navy est trop grosse pour s'adapter aux lanceurs utilisés sur tous les navires de classe Arleigh Burke.

Cela entraînerait un travail de réaménagement très coûteux qui immobiliserait probablement les chantiers navals pour les années à venir. C’est pourquoi une autre idée à l'étude est d'installer des cellules de système de lancement vertical plus grandes sur le navire de combat de nouvelle génération.

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Tags:
USS Arleigh Burke, missiles hypersoniques, US Navy, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook