Défense
URL courte
Par
3016229
S'abonner

La Flotte de la mer Noire surveille les déplacements du destroyer USS Thomas Hudner qui est capable d’embarquer une centaine de missiles de croisière Tomahawk. Il s’agit du deuxième navire de guerre américain à entrer dans cette zone au cours des dernières 24 heures.

Après le croiseur lance-missiles USS Monterey qui était entré la veille en mer Noire, c’est le destroyer USS Thomas Hudner qui a suivi son sillage ce samedi 20 mars dans le cadre d’«une opération de routine» pour soutenir des alliés et des partenaires de l'Otan, a annoncé la Marine américaine.

​De son côté, la Flotte de la mer Noire a déclaré que ses forces avaient commencé à surveiller l’USS Thomas Hudner tout comme elles contrôlent les déplacements de l’USS Monterey.

«L'USS Thomas Hudner est un destroyer de classe Arleigh Burke qui peut transporter dans le système de lancement vertical jusqu'à 96 missiles de croisière Tomahawk ou des antimissiles Standard. L’USS Monterey, de classe Ticonderoga, est capable de transporter jusqu'à 122 missiles de croisière Tomahawk ou d’antimissiles Standard», précise la flotte russe.

L’Otan explique sa présence en mer Noire

Mercredi 17 mars le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a déclaré que la présence croissante de l’Otan en mer Noire était due «au renforcement» de la Russie dans cette région.

Ces derniers temps, la Russie constate l’activité sans précédent de l’Alliance à proximité de ses frontières occidentales. Ainsi le 25 février, les chasseurs de mines espagnol et grec, Tajo et Evropi étaient entrés en mer Noire, suivis, le 17 mars, par la frégate espagnole Mendez Nunez. Début février, deux destroyers américains, l’USS Donald Cook et l’USS Porter, ont quitté les eaux de la mer Noire où ils avaient participé à des manœuvres militaires.

La Russie a plusieurs fois exprimé sa préoccupation face à ces activités de l’Alliance en Europe de l'Est. Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a récemment déclaré que la Russie ne menaçait personne, mais qu’elle ne laisserait pas sans réponse ce qui pourrait mettre ses intérêts en danger.

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
Tomahawk, OTAN, Flotte russe de la mer Noire, mer Noire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook