Ecoutez Radio Sputnik
    Extraction de pétrole

    L'Iran baisse ses prix du pétrole pour l'Europe

    © AP Photo/ Hasan Jamali
    Economie
    URL courte
    65567

    En février, l'Iran réduira le prix du brut léger pour le marché du nord-ouest européen de 4,85 dollars le baril et celui du pétrole lourd de 6,55 dollars. En janvier, cette réduction était de moins de 0,55 dollar, alors que pour l'Asie les prix vont même légèrement augmenter.

    L'Iran réduira en février le prix de son pétrole pour l'Europe, rapportent les médias internationaux, dont le Wall Street Journal, en se référant à la Société nationale iranienne du pétrole (NIOC — National Iranian Oil Company). 

    Selon la liste des prix publiée sur le site de la NIOC, en février, la réduction pour le brut léger destiné à l'Europe du nord-ouest sera de 4,85 dollars le baril par rapport au prix de référence du Brent. En janvier, cette réduction était de 4,30 dollars. Pour le pétrole lourd, la réduction prévue pour le mois de février sera de 6,55 dollars le baril. En janvier, elle s’élevait à moins de 0,55 dollar. 

    Les analystes estiment que Téhéran baisse ses prix du pétrole pour l'Europe afin de montrer sa ferme volonté de se battre pour ses parts de marché en dépit d'une surabondance de l'offre face à Riyad, son principal rival qui a lui aussi réduit en amont ses prix du pétrole pour le marché européen.

     

    Ainsi, l'Iran reprend ses exportations de pétrole vers l'Europe depuis la levée des sanctions suite à l'accord sur le nucléaire conclu en juillet dernier avec les grandes puissances. Mais tout en baissant ses prix du brut pour l'Europe, Téhéran les augmente pour toutes les catégories de pétrole destinées à l'Asie. 

    Aussi, l'Iran entend-il profiter de la levée d’une partie des sanctions internationales pour produire et exporter au plus vite 500.000 barils de brut par jour. 

    Lire aussi:

    L'Iran reconquerra sa part du marché du pétrole
    L'Iran veut commercialiser une nouvelle marque de pétrole
    Cours pétroliers: l’effet provoqué par le retour de l’Iran sera bref
    Tags:
    exportations, pétrole, National Iranian Oil Company, Riyad, Téhéran, Arabie Saoudite, Europe, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik