Ecoutez Radio Sputnik
    Une raffinerie de pétrole à Téhéran

    L'Iran vendra le pétrole moins cher que l'Arabie saoudite

    © AP Photo / Vahid Salemi
    Economie
    URL courte
    Chute des prix du pétrole (171)
    6432
    S'abonner

    Sur fond d'appels à geler la production pétrolière, l'Iran a annoncé sa décision de l'augmenter. Téhéran envisage de porter sa production de pétrole brut à 4 millions de barils par jour (mbj) et de vendre cet hydrocarbure moins cher que ses concurrents régionaux, y compris l'Arabie saoudite.

    En mai 2016, la société publique iranienne National Iranian Oil Co. (NIOC) vendra le pétrole Forozan Blend aux consommateurs asiatiques 2,43 dollars moins cher le baril que le prix moyen du pétrole provenant d'Oman et des Emirats arabes unis, rapporte l'agence Bloomberg, citant un représentant de NIOC qui a souhaité garder l'anonymat. Le baril d'Iranian Light coûtera aux consommateurs asiatiques 60 cents de moins que le pétrole similaire produit au Proche-Orient".

    Un rabais encore plus important est prévu pour le pétrole lourd. Ainsi, le baril d'Iranian Heavy coûtera 2,60 dollars moins cher que le baril de brut omanais ou dubaïote. Quant au baril de Soroosh, il se vendra 5,65 dollars moins cher que celui d'Iranian Heavy.

    John Driscoll, directeur de la stratégie à JTD Energy Services, a déclaré à Bloomberg que la principale concurrence entre l'Iran et les pays du Proche-Orient s'exercerait en Asie. Il a dans le même temps souligné que la Méditerranée et l'Europe du Nord-Ouest ne resteraient pas non plus à l'abri des rivalités. Selon les analystes de Bloomberg, cette année, l'Iran entrera également en concurrence avec la Russie.

    Non seulement Téhéran envisage de vendre le pétrole moins cher que ses concurrents, mais il veut également en augmenter la production. Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, a déclaré à l'agence Shana que d'ici mars 2017, Téhéran produirait 4 millions de barils par jour, soit autant qu'en 2008.

    Les plans de l'Iran remettent en question l'idée de la tenue de négociations le 17 avril à Doha. Les pays membres de l'OPEP et d'autres producteurs de pétrole, dont la Russie, envisagent de se réunir dans la capitale qatarie pour étudier la possibilité de geler la production pétrolière au niveau de janvier 2016. Début avril, le prince saoudien Mohammad ben Salmane a déclaré à Bloomberg que Riyad ne gèlerait sa production que si les autres producteurs, y compris l'Iran, en faisaient autant. Le prince a dans le même temps ajouté que si un pays décidait d'accroître la production, "l'Arabie saoudite ne négligerait pas les possibilités qui s'offriraient à elle dans ce domaine".

    Riyad voit toujours d'un œil négatif l'expansion de l'Iran sur les marchés pétroliers. Selon le Financial Times, les autorités saoudiennes ont fermé les ports du pays aux pétroliers transportant du brut iranien afin de limiter les exportations en provenance de la République islamique.

    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    Gel de la production de pétrole: 12 pays se donnent rendez-vous à Doha
    La Chine, premier importateur mondial de pétrole en 2016?
    La condition à laquelle l'Iran soutiendra le gel de la production de pétrole
    Tags:
    prix du pétrole, pétrole, Bloomberg, OPEP, Bijan Zanganeh, Europe, Méditerranée, Russie, Qatar, Arabie Saoudite, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik