Ecoutez Radio Sputnik
    Bitcoin

    Voilà pourquoi le bitcoin peut chuter jusqu’à zéro

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Economie
    URL courte
    Irina Tarassova
    36413

    Jusqu'où descendra le bitcoin? Depuis qu'elle a tutoyé les 17.000 euros fin décembre, la monnaie virtuelle la plus populaire au monde n'en finit plus de chuter. Et si cette cryptomonnaie touchait bientôt le fond? Sputnik a posé cette question pressante à des analystes financiers russes afin de comprendre à quoi il fallait s’attendre à l’avenir.

    Récemment, le monde entier discutait de l'incroyable montée du bitcoin. Cependant, en janvier, le cours de la monnaie virtuelle la plus populaire au monde a chuté de 20.000 à 10.000 dollars, et de nouveau jusqu'à 6.000 dollars au cours des six premiers jours de février. En outre, l'économiste américain Nouriel Roubini a récemment affirmé qu'il s'agissait de la «plus grosse bulle de l'histoire de l'humanité». Cette dynamique négative incite à se demander si la cryptomonnaie est menacée de toucher bientôt le fond? Dans un entretien avec des analystes financiers russes, Sputnik a essayé d'obtenir la réponse à cette question brûlante.

    Le bitcoin «peut chuter jusqu'à zéro, car il n'est basé sur rien (…). La valeur fondamentale du bitcoin est inférieure à rien. La valeur réelle est due uniquement à la demande des investisseurs spéculatifs et des cryptoenthousiastes», estime l'analyste principal du groupe financier Kalita-Finance, Dmitri Goloubovski.

    Cette idée est également partagée par le vice-président du Golden Mint House, Alexeï Vyazovski.

    «Le problème des monnaies virtuelles réside dans le fait qu'elles ne sont basées sur rien, y compris le bitcoin. Tout actif dans le monde que ce soit la monnaie, l'État, les obligations ou les actions d'une société ou d'une banque, c'est une obligation de quelqu'un. La cryptomonnaie dans sa forme actuelle, le bitcoin, l'Ethereum et toutes les autres, c'est une obligation de personne. Et en conséquence, le principal problème est qu'elles peuvent chuter à zéro, dès que cette agitation spéculative autour d'elles disparaît ou s'effondre», a déclaré Alexeï Vyazovsky dans une interview accordée à Sputnik.

    Alexeï Vyazovski se dit également «sceptique» envers les tentatives de sécuriser la monnaie virtuelle, comme le vise à faire la bourse israélienne, en lançant sa cryptomonnaie basée sur des diamants:

    «Tout d'abord, les diamants ne sont pas un produit standardisé, leur coût peut varier. Deuxièmement, comment la livraison sera-t-elle effectuée? Autrement dit, il faudra venir en Israël si je veux monnayer la cryptomonnaie achetée? C'est aussi une grande question (…). S'ils cessent de livrer des diamants, alors qui les punira pour cela? Devant qui seront-ils responsables? Donc, ici, il y a plus de questions que de réponses, et je suis sceptique face à de tels des projets».

    Et d'ajouter: «Moi, en tant qu'investisseur, si je veux investir de l'argent dans des diamants, j'achèterai des diamants — pourquoi ai-je besoin de cryptomonnaie?»

    Pourtant, si le vice-président du Golden Mint House estime que les cryptomonnaies actuelles disparaîtront ou se transformeront en quelque chose, l'analyste principal de l'entreprise de trading Alpari, Roman Tkatchuk a rappelé dans une récente interview à Sputnik qu'il y avait pourtant plusieurs monnaies virtuelles qui marchaient sur les traces du bitcoin, d'autant plus que, selon l'expert, le bitcoin n'a pas un grand potentiel de croissance à la différence de ses concurrents.

    «Au maximum, le bitcoin peut avoir sa valeur multiplier par dix, tandis que d'autres monnaies virtuelles peuvent voir leur valeur être multipliée par 100 ou même plus», indique l'analyste principal de l'entreprise de trading Alpari.

    Parmi les principaux concurrents du bitcoin, l'analyste a énuméré l'Ethereum, le Ripple, ainsi que les monnaies anonymes comme Dash, Monero. Roman Tkatchuk a également rappelé que dans un proche avenir il faudrait s'attendre au lancement de la monnaie virtuelle de Pavel Dourov, le Gram, et au lancement de la plateforme blockchain baptisée Telegram Open Network (TON). «Se basant sur ce qui a été déjà annoncé, cette cryptomonnaie promet de devenir l'essentielle monnaie virtuelle».

    Lire aussi:

    Le bitcoin scindé en deux cryptomonnaies distinctes
    «Je me sens beaucoup plus tranquille en possédant des Bitcoins qu’en possédant des euros»
    Nouvelle baisse, nouvelle cause: les cryptomonnaies de nouveau en chute
    Tags:
    diamants, cryptomonnaie, bitcoin, Ethereum, Nouriel Roubini, Roman Tkatchouk
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik