Ecoutez Radio Sputnik
    Station de pompage de gaz

    Nord Stream 2: Berlin accuse indirectement la France de «comportement irresponsable»

    © AP Photo / Bela Szandelszky
    Economie
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (175)
    22511

    Après les accrochages diplomatiques entre l’Italie et la France sur les Gilets jaunes, c’est Berlin qui lance une nouvelle estocade verbale contre Paris en qualifiant de «comportement irresponsable» ceux qui s’opposent au Nord Stream 2. Paris avait annoncé hier son opposition à ce projet au niveau européen. Le vote doit avoir lieu aujourd’hui.

    A la détérioration des relations par déclarations interposées entre l'Italie et la France vient s'ajouter une déclaration d'un ministre allemand semblant viser Paris.

    Le ministre de l'Énergie du Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale, Christian Pegel, a dénoncé la politisation du projet d'infrastructure Nord Stream 2, indique vendredi l'agence de presse DPA. Il a ainsi indirectement réagi au soutien français à la révision de la directive européenne sur le gaz. Craignant que la dépendance de l'Europe vis-à-vis de l'approvisionnement énergétique russe ne continue à augmenter, Paris souhaitait que la directive européenne sur le gaz soit révisée, de façon à limiter la mise en œuvre du projet de gazoduc Nord Stream 2, reliant la Russie à l'Allemagne.

    Utiliser le projet d'infrastructure, qui concerne le secteur énergétique européen, pour en «faire un ballon politique» relève d'un comportement irresponsable, a-t-il déclaré peu de temps avant le vote prévu vendredi après-midi sur la révision de la directive européenne sur le gaz.

    Il a souligné que la construction de Nord Stream 2 avait été approuvée par un État de droit. Par conséquent, il devrait continuer à être mis en œuvre. «Nous avons besoin d'un approvisionnement en gaz sécurisé en Europe. Et nous avons besoin d'un dialogue économique rationnel avec les partenaires russes», a ajouté M.Pegel.

    Il a également souligné que Berlin contribuait à la sécurité énergétique paneuropéenne grâce à l'expansion du pipeline de la mer Baltique et au transport transnational du gaz naturel russe. «Malgré le passage aux énergies renouvelables, nous aurons besoin de centrales de gaz comme alternative au charbon et au nucléaire, à qui nous ferons nos adieux à l'avenir.»
    Le gouvernement français a annoncé jeudi que la France allait s'opposer à l'Allemagne lors du vote sur le gaz prévues vendredi, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur le projet de gazoduc germano-russe Nord Stream 2. L'AFP a néanmoins annoncé ce matin qu'un compromis entre la France et l'Allemagne avait été trouvé sur ce sujet. Paris se serait rangé sur la position de Berlin.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (175)

    Lire aussi:

    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    La Chine poursuit son offensive dans les Balkans et fait trembler Bruxelles
    Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version
    Tags:
    gazoduc, énergie, gaz, Nord Stream 2, Christian Pegel, Allemagne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik