Ecoutez Radio Sputnik
    ТVille syrienne de Tartous

    Vers une zone économique libre pour la réexportation de céréales russes au port syrien de Tartous

    © Sputnik . Mikhaïl Voskresensky
    Economie
    URL courte
    5641
    S'abonner

    Une zone économique libre pour importation et réexportation de céréales russes pourrait apparaître sous peu au port de Tartous, en Syrie, a annoncé devant les journalistes à Sébastopol Safwan Abu Saad, gouverneur du gouvernorat syrien de Tartous.

    La création d’une zone économique libre au port de Tartous, en Syrie, pour importation et réexportation de céréales russes a fait l’objet de négociations avec les autorités de Sébastopol, a déclaré le gouverneur du gouvernorat syrien de Tartous, Safwan Abu Saad, en visite dans cette ville russe au bord de la mer Noire.

    «Nous avons déjà discuté avec mon homologue, monsieur le gouverneur [par intérim de Sébastopol, Mikhaïl Razvojaïev, ndlr] des perspectives de mise en place d’une zone économique libre au port de Tartous qui permette de faciliter les processus [d’échanges économiques, ndlr]», a indiqué le Syrien.

    Selon ce dernier, le blé russe est le produit le plus prometteur pour importation en Syrie qui pourrait également être réexporté vers d’autres pays.

    «Quant aux importations de produits et de marchandises de Russie, les importations de céréales nous paraissent très importantes. Tartous pourrait devenir un centre de distribution et de réexportation de céréales, tant sur le territoire de la Syrie que vers des pays voisins», a concrétisé le gouverneur syrien.

    De son côté, le gouverneur par intérim de Sébastopol, Mikhaïl Razvojaïev, a rappelé que les rapports économiques entre Tartous et Sébastopol devraient connaître un nouvel essor suite au lancement du trafic ferroviaire sur le pont de Crimée. Il a par ailleurs rappelé que Sébastopol et Tartous coopéraient activement dans le domaine culturel.

    Tags:
    coopération, céréales, port de Tartous, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik