Economie
URL courte
8352
S'abonner

53 milliards de barils de brut – tel est le potentiel estimé du nouveau gisement de pétrole mis au jour récemment dans le sud-ouest de l’Iran. Que promet cette découverte pour l’Iran et les sanctions américaines auront-elles un impact sur sa mise en valeur?

Les réserves prouvées de pétrole en Iran ont augmenté d’un tiers après la découverte d’un nouveau gisement dans le sud-ouest du pays, a annoncé le 10 novembre le Président Hassan Rohani.

Commentant la découverte de ce champ situé dans la province de Khouzistan et aussi grand que le Luxembourg, le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zangeneh a expliqué qu’actuellement son pays devait se focaliser sur deux axes.

«Nous devons développer deux secteurs en Iran. Le premier – les technologies nationales [et ce par le biais des universités et centres de recherche, ndlr] et le second – la coopération internationale via l’accès aux meilleurs technologies de grandes compagnies pétrolières.»

Or, comme l’estime Omid Shukri Kakehsar, expert indépendant dans le domaine de la sécurité énergétique, la République islamique ne saurait pas exploiter pleinement les capacités de ce gisement de 2.400 km2 et ce en raison des sanctions américaines.

«Compte tenu de la situation de l’Iran qui se trouve sous sanctions, le potentiel technologique et les possibilités financières des compagnies pétrolières iraniennes répondent dans une certaine mesure au niveau des gisements, dont la plupart ont déjà atteint la moitié de leur cycle de vie. Et pour augmenter leur coefficient d'efficacité, des technologies modernes et avancées sont indispensables», explique-t-il.

D’après cet expert, si la découverte du nouveau gisement s’était faite dans un contexte de stabilité, l’Iran aurait pu en profiter pour doper ses exportations.

«Mais actuellement, en raison des sanctions américaines, l’Iran exporte beaucoup moins de pétrole, il est confronté à un excédent d'exportation de pétrole sur le marché mondial», souligne-t-il, ajoutant que d’autres pays, tels l’Irak, l’Arabie saoudite, la Russie et les États-Unis n’ont pas laissé de place pour l’Iran sur le marché.

Et d’expliquer que le marché et l’OPEP n’avaient en aucune manière réagi à la nouvelle de la découverte du gisement en Iran, car ils comprennent que Téhéran n’est pas en mesure de l’utiliser sous sanctions.

L’expert estime donc qu’il est peu probable que la mise en valeur de ce gisement commence prochainement. «D’abord, il faut régler la question des sanctions et augmenter la productivité des gisements conjoints», conclut-il.

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Armement: éprouvé au combat, le canon CAESAR de Nexter a séduit la République tchèque
Justin Trudeau, un genou à terre avec des manifestants contre le racisme - images
Tags:
sanctions, Iran, pétrole
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook