Economie
URL courte
10248
S'abonner

Mais qu’est-ce qui a poussé Washington à changer d’avis, alors que la politique monétaire de Pékin reste inchangée? Un analyste chinois a apporté une réponse au micro de Sputnik.

De toute évidence, en attendant la signature d’un accord de «Phase 1» mercredi 15 janvier, les États-Unis auraient décidé de faire certaines concessions à la Chine. Cela signifie que le statut de «manipulateur de monnaie» n’est utilisé par les Américains que de manière parfaitement arbitraire, à titre d’instrument de pression sur d’autres pays, a déclaré à Sputnik Cui Lei de l'Institut chinois d'études internationales (CIIS).

Qu'est-ce qu'un «manipulateur de monnaie» aux yeux de Washington?

«Les États-Unis utilisent le statut de "manipulateur de monnaie" comme instrument de pressions sur la Chine, c’est évident. […] Les Américains ne partent pas des changements effectifs dans la politique monétaire de Pékin, mais se guident sur la situation réelle dans les négociations commerciales sino-américaines», estime l’interlocuteur de l’agence.

Et de rappeler qu’en août 2019, quand Washington et Pékin introduisent des tarifs douaniers l’un contre l’autre, le taux de change du yuan s’effondre. Et les États-Unis ne tardent pas à classer la Chine parmi les «manipulateurs de monnaie», ce qui n’a alors rien à voir avec la réalité. À présent, à la veille de la signature d’un accord de «Phase 1», les Américains n’ont plus besoin de cet instrument.

Deux fois l’an, le Trésor américain remet un rapport au Congrès où il analyse la politique de change des partenaires commerciaux. Il vise à identifier les pays qui pratiquent des dévaluations compétitives en affaiblissant leur monnaie pour gagner des parts de marché aux États-Unis de manière «non équitable».

Les représentants commerciaux des États-Unis et de la Chine vont signer mercredi à la Maison-Blanche un accord de «Phase 1» qui promet des milliards de dollars d'achats agricoles et des efforts de la part de la Chine pour stopper ses pratiques en matière de transfert «forcé» de technologie.

S’agit-il de la fin de la guerre commerciale?

Taoran Notes, un blog géré par un journal d'État, le Xinjiang Economic Daily, a notamment déclaré dimanche:

«Nous devons garder à l'esprit que la guerre commerciale n'est pas encore terminée. Les États-Unis n'ont pas supprimé tous les droits de douane sur les importations chinoises et la Chine continue d'imposer ses droits de rétorsion».

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
guerre commerciale, manipulateur, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik