Economie
URL courte
225912
S'abonner

La valeur de l'euro par rapport au dollar a grimpé de 12% en cinq mois ce qui, contrairement aux idées reçues, n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie de l’UE, relate Bloomberg. Une monnaie forte s’avère un nouveau défi pour la zone euro qui pénalise les exportations en les rendant moins compétitives et fait stagner les prix.

Un euro fort qui risque de porter atteinte aux exportations dont l’économie européenne dépend fortement, est un nouveau défi pour la zone euro, rapporte Bloomberg. Pour la Banque centrale européenne, la hausse de la valeur de l'euro qui, au cours des cinq derniers mois, a grimpé de 12% par rapport au dollar, n’est pas une bonne nouvelle, assure le média.

Alors que le 1er septembre, la monnaie américaine s’était établie à 1,2 dollars pour 1 euro, des experts tirent la sonnette d’alarme. «1,20 dollars pour un euro est une sorte de ligne rouge», a alerté Katharina Utermoehl, économiste principale chez Allianz SE, premier assureur européen, citée par Bloomberg.

«À l'heure actuelle, il n'y a vraiment pas grand-chose que la BCE pourrait faire, sauf essayer de faire baisser la monnaie en soulignant l'incertitude économique persistante, tout en gardant la porte ouverte à une nouvelle augmentation des achats d'actifs plus tard dans l'année», a-t-elle détaillé.

Exportations moins compétitives

Une monnaie plus forte est mauvaise pour les exportations car elle les rend moins compétitives sur les marchés extérieurs, explique Bloomberg. Une situation d’autant plus compliquée sur fond d’une demande globale affaiblie dans le contexte de la pandémie.

«Un euro plus fort représente clairement un fardeau supplémentaire pour les exportateurs, mais ce qui est beaucoup plus important, c'est que la demande mondiale est généralement assez faible», a expliqué Olaf Wortmann, économiste à l'Association allemande de l'industrie génie mécanique.

Renversement de l’inflation

La hausse de la devise européenne influence également les importations, les rendant moins chères et ralentissant ainsi la croissance des prix. Selon les dernières données, l'inflation de la zone euro, pour la première fois en quatre ans, est devenue négative, se transformant en une déflation, indique le média. La réduction de prix sur le marché, à son tour, réduit les revenus des producteurs, ce qui peut s’accompagner d’une baisse de la production et, par conséquent, menacer de nouveaux licenciements.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
économie, zone euro, Banque centrale européenne (BCE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook