Economie
URL courte
Par
5315
S'abonner

Le marché de l’argent présente-t-il un intérêt pour les boursicoteurs? Moins cher que l’or, cet actif serait également «sous-évalué» d’après Étienne Dargent, directeur d’Or.Fr. Il assure que le métal gris a un fort potentiel et peut représenter une réelle alternative au bitcoin et à l’or. Il confie son analyse à Sputnik.

Le marché de l’argent s’est récemment retrouvé au cœur de l’actualité. Les agioteurs du forum Reddit WallStreetBets (WSB) ont décidé de s’attaquer au métal gris. Ils viennent de défrayer la chronique provoquant un envol de l’action GameStop. Un bond qui a infligé des pertes massives à de gros poissons de Wall Street.

«À la différence de ce qu’ils ont fait avec GameStop, les membres de WSB ont cette fois ciblé le marché de l'argent physique et les options sur l'ETF SLV [instrument financier destiné à répliquer fidèlement les variations d’un indice, ndlr]. Une vague massive d'achats a eu lieu le week-end du 29 janvier, entraînant des ruptures de stock chez tous les négociants d'argent physique de la planète. Un phénomène que l'on avait observé l'an dernier. Mais il s’expliquait alors par des problèmes logistiques dus à la crise du Covid.»

Étienne Dargent, directeur d’Or.Fr, site spécialisé dans le trading de métaux précieux, évalue au micro de Sputnik l’envergure du récent événement sur le marché financier. Le cours de l’argent a brièvement dépassé les 30 dollars l’once le 1er février, un record en huit ans.

​Depuis, le cours a repris son souffle. Il évolue ce 4 février autour des 26,5 dollars.

«Sans entrer dans des détails trop techniques, le Chicago Mercantile Exchange (CME) a rapidement annoncé l'augmentation des taux de couverture sur les contrats futurs sur l'argent. Dans le même temps, J.P. Morgan a abaissé la note de l'argent et des sociétés minières, faisant plonger le cours spot [au comptant, ndlr] de l'argent. Est-ce encore une stratégie des hedge funds et des banques pour baisser le cours de l'argent et éviter de se retrouver dans la même situation de short squeeze [obligation de rachat, ndlr] qu’avec GameStop? À chacun d'en juger», analyse Étienne Dargent au micro de Sputnik.

L’expert note cependant que le prix de l'argent physique se situe aux alentours de +30% au-dessus du cours spot de l'argent. «La pression acheteuse des membres de WSB, si elle n'a eu qu’un effet temporaire sur le cours spot de l'argent, a en revanche eu un effet sur le prix de l'argent physique. Si la pression acheteuse se maintient sur les produits physiques, cette déconnexion entre cours spot et prix de vente de l'argent physique peut continuer quelque temps», poursuit-il.

«Une situation très favorable à l'augmentation du cours»

Alors, l’argent, un objet de spéculation lucratif? Pas pour l’économiste Philippe Herlin qui confiait récemment à Sptunik «ne pas du tout croire en l’argent». «C’est avant tout une matière première et son cours est largement influencé par la demande industrielle», assurait-il.

L’argent sert en effet de conducteur dans la fabrication de nombreux produits tels que les panneaux solaires, les éoliennes et autres équipements électroniques rapporte Le Monde. D’après le quotidien vespéral, la bonne santé économique chinoise joue un rôle important dans le demande de métal gris: «Après le trou d’air suscité par la mise sur pause de l’économie chinoise au printemps 2020 pour cause de Covid-19, le cours des métaux industriels, un temps affecté, a renoué avec la croissance. La remise en marche du moteur de la production du pays dirigé par Xi Jinping a relancé la machine.»

Étienne Dargent ne partage pas l’analyse de Philippe Herlin. Il juge que la demande industrielle est de nature à soutenir les cours. Il souligne que la production mondiale d'argent physique est d'à peu près un milliard d'onces par an et que l’industrie absorbe environ 700 millions d'onces par an.

«Il ne reste que 300 millions d'onces disponibles pour les investisseurs, c'est peu au niveau mondial. D'autant que la production va baisser, les mines produisant moins d'argent. L'industrie ne peut pas se passer d'argent, au contraire, avec la transition vers des énergies plus propres (solaires, voitures électriques, etc.), la demande industrielle pour l'argent physique va fortement augmenter dans les années à venir», note l’expert. Et de poursuivre sur une note d’optimisme:

«Ajoutez à cette tendance l'intérêt de plus en plus marqué pour les actifs tangibles dans un contexte de politiques monétaires inflationnistes et vous obtenez une situation très favorable à l'augmentation du cours de l'argent.»

L’argent serait donc un actif intéressant pour de petits investisseurs qui n'auraient pas les moyens de miser sur l'or ou le bitcoin, bien plus onéreux. Alors que le prix de l’once d’argent est de l'ordre de 30 dollars, celui du métal jaune avoisine les 1.800 dollars. Quant au bitcoin, récemment porté par une vague d’euphorie, son coût dépasse les 36.000 dollars.

​Étienne Dargent souligne que «l'argent est le seul actif au monde dont le cours est inférieur de 50% par rapport à son cours des années 1980». Il note que le bictoin évolue actuellement bien plus haut que son record de valeur et que l’or, en août dernier, a vu pour la première fois son prix passer la barre des 2.000 dollars l’once.

«Cela ne veut pas dire que l'or et le bitcoin ne vont pas continuer à monter, mais que nous sommes déjà sur des plus hauts historiques pour ces deux actifs. À l’inverse, l'argent doit doubler pour atteindre son plus haut historique à 50 dollars l'once. L'argent est fortement sous-évalué, ce qui représente selon moi une opportunité pour les investisseurs», conclut l’expert.

Lire aussi:

Deux voyous filmés alors qu’ils incendient une voiture de police à Mulhouse - vidéo
Ivan Rioufol: «le discours totalement anxiogène» du gouvernement sur le Covid-19 a «abruti» les Français - vidéo
La photo d’un repas proposé dans un Ehpad du Finistère fait polémique
Tags:
économie, investissements, Wall Street, argent, or, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook