Economie
URL courte
Par
2111
S'abonner

Alors que l’inflation s’est embrasée dans plusieurs pays occidentaux, la France tire pour le moment son épingle du jeu. Les prix de l’énergie continuent cependant leur hausse.

Sur fond de flambée du cours des matières premières, la France résiste pour l’heure à l’inflation. Les prix à la consommation ont en effet augmenté de 1,4 % sur un an et de 0,3% au mois de mai, à en croire les derniers chiffres de l’Inse. L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) affiche 1,8%.

Des chiffres loin de ceux de l’Allemagne ou de l’Espagne, où l’inflation a passé la barre des 2,5%. La BCE avait d’ailleurs relevé ses prévisions en la matière pour l’ensemble de la zone euro ce 10 juin, tablant désormais sur une hausse de 1,9% en 2021.

«Pour cette année, nous aurons, en France, plus de croissance et un peu moins d’inflation que la moyenne européenne. On fait des progrès», avait résumé sur Radio Classique François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, le 11 juin.

Des prévisions rassurantes au regard surtout de la situation outre-Atlantique, où les prix flambent. Les États-Unis ont en effet connu une hausse de 5% de l’inflation en mai, ce qu’ils n’avaient plus revu depuis 13 ans.

La Banque centrale américaine continue pourtant de temporiser, tablant sur un retour à la normale d’ici quelques mois. La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, avait de nouveau évoqué des «facteurs transitoires», pour expliquer la situation, fin mai. La Fed pourrait commencer à envisager une hausse des taux d’intérêts ce 16 juin, date de réunion du Comité de politique monétaire, même si la plupart des observateurs penchent pour le statu quo.

L’énergie flambe, l’alimentation reste stable

Si la situation française engage donc à l’optimisme, le détail des chiffres de l’Insee montre des hausses significatives dans certains secteurs.

Sans surprise, les prix de l’énergie se sont les plus envolés en mai (+0,5% en un mois, +11,7% sur un an), suite aux remontées du cours du pétrole. Le baril de Brent a d’ailleurs accroché la barre des 73,60 dollars ce 15 juin, son plus haut depuis deux ans. Par ricochet, le prix des transports a également augmenté de 5,3% en mai.

La hausse du cours de l’or, valeur refuge, a eu le même effet sur les bijoux, dont les coûts ont augmenté de 6,7% en un an. L’alimentation, poste clef pour le panier des ménages marque un recul annuel de 0,3%.

Le 31 mai, Bruno Le Maire avait déjà admis une légère hausse de l’inflation en France. Le ministre de l’Économie avait qualifié le phénomène de «naturel», le liant au retour de l'activité aux États-Unis, en Europe.

Lire aussi:

Un plan secret anglais de 2017 prévoyait de priver les personnes âgées d’aide médicale en cas de pandémie
Une fusillade éclate à côté du Pentagone, le secteur est bouclé
Des sous-marins nucléaires russes arpentent-ils vraiment les fonds marins de l’Atlantique?
Tags:
inflation, prix, consommation, Banque centrale européenne (BCE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook