Economie
URL courte
Par
151037
S'abonner

Les Français ont dépensé 4,2 milliards d’euros pour des stupéfiants en 2020, soit 7% de plus que l’année précédente, selon les récents calculs de l’Insee.

En 2020, les consommateurs français de stupéfiants ont consacré 4,2 milliards d’euros à l’achat de cannabis, cocaïne, héroïne, crack et drogues de synthèse, constate l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Alors que les dépenses des Français ont connu une forte baisse générale en 2020, les ventes de produits stupéfiants ont ainsi augmenté de près de 7% en comparaison aux chiffres de 2019. Or, par rapport aux indices de 2009 (2,08 milliards d’euros), ces ventes ont doublé en France.

Au total, l’Insee évalue en outre à 51,5 milliards d’euros les dépenses sur l’année 2020 des Français en produits ayant un potentiel addictif, dont les boissons alcoolisées, le tabac et les drogues, ce qui représente 8% des dépenses des ménages.

Macron veut un débat national sur la drogue

En mai 2020, le ministre de l’Intérieur de l’époque Christophe Castaner annonçait que le confinement avait provoqué une diminution des trafics comprise entre 30 et 40% et une contraction générale du marché des stupéfiants.

Dans un entretien accordé au Figaro en avril dernier, le Président Macron a pourtant constaté que la France «était devenue un pays de consommation», ce qui rendait nécessaire le lancement d’un «un grand débat national sur la consommation de drogue et ses effets délétères».

Selon le chef d’État, il faut «éradiquer par tous les moyens» les trafics de stupéfiants qui «forment la matrice économique de la violence dans notre pays». «Ne laisser aucun répit aux trafiquants de drogue, c’est faire reculer la délinquance partout», a insisté le Président.

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Tags:
consommation, Emmanuel Macron, pandémie, France, drogue, Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook