France
URL courte
Par
7219115
S'abonner

Dans une interview au Figaro, le Président de la République a dit souhaiter tenir un «débat national» en matière de consommation de drogue. Parmi d’autres sujets, il a maintenu son objectif de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires d’ici 2022.

Emmanuel Macron a affirmé sa détermination à faire reculer la délinquance et a appelé, dans un entretien accordé au Figaro, à lancer un débat national sur la consommation de drogue.

«Ne laisser aucun répit aux trafiquants de drogue, c'est faire reculer la délinquance partout», a-t-il déclaré. «La France est devenue un pays de consommation et donc, il faut briser ce tabou, lancer un grand débat national sur la consommation de drogue et ses effets délétères.»

Le chef de l'État a dit souhaiter une modification de la loi afin que la prise de stupéfiants ne supprime pas la responsabilité pénale.

Il faut «éradiquer par tous les moyens» les trafics de stupéfiants qui «explosent» et «forment la matrice économique de la violence dans notre pays», a-t-il pointé.

Cela «est devenu la mère des batailles, puisque la drogue innerve certains réseaux séparatistes mais aussi la délinquance du quotidien, y compris dans les petites villes épargnées jusqu'ici. Ne laisser aucun répit aux trafiquants de drogue, c'est faire reculer la délinquance partout».

10.000 agents des forces de l’ordre

Dans cet entretien, axé sur la sécurité, le Président français a en outre défendu son bilan en la matière et promet de tenir d'ici à la fin du quinquennat son objectif de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires.

«Nous irons au bout du bout de ce plan des 10.000», a annoncé M.Macron. «Chaque Français verra plus de bleu sur le terrain en 2022 qu'en 2017. Ça rassure les gens, ça dissuade les délinquants.»

Lire aussi:

La Martinique de nouveau confinée
Pfizer explique comment augmenter la protection contre le variant Delta
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
France, drogue, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook